La solidarité égoïste de GND.

Image

Nous avons tous été déçus de voir nos policiers et pompiers, à qui nous offrons un pouvoir important pour les premiers et un immense respect pour les autres, agir en petits voyous. Il était évident que ça allait inspirer ceux qui cherchent encore à justifier leur parasitisme d’il y a 2 ans.

Le lien? 2 groupes de privilégiés qui veulent conserver leurs acquis.
L’autre lien? Les 2 semblent pas mal se foutre des répercussions de leurs demandes sur la société.
La différence? Les policiers ou autres syndiqués municipaux ne tentent pas de faire passer leurs intérêts un peu égoïstes comme de la "justice sociale" et des "luttes collectives".

J’imagine que tu peux te permettre cela quand tu lances à tort des attaques à la mode contre "l’austérité", la "finance" en prétendant faussement défendre la "redistribution de la richesse" et surtout la "solidarité intergénérationnelle" sans comprendre le début du commencement de ces concepts.

L’austérité: Depuis 2007, les dépenses du gouvernement du Québec ont augmenté de 36%… C’est sans dire que c’est bien loin de simplement suivre la courbe de l’inflation. La dernière fois qu’il y a PEUT-ÊTRE eu austérité au Québec, c’est en 1998 sous Lucien Bouchard, moment où on s’est aussi créé d’énormes dépenses futures comme les CPE et l’assurance médicament. Il n’y a aucune austérité de coupures de dépenses au Québec. L’austérité qu’on connaît, celle défendue par les GND de ce monde et qui a été un échec partout où elle a été tentée, c’est l’austérité de l’augmentation des taxes qui étrangle le citoyen, réduit leurs dépenses afin de subvenir aux "besoins" de l’État et tue le commerce. Une jolie spirale qui se nourrie elle-même.

La finance: Un gros méchant désincarné qui doit avoir forcé les gouvernements et les citoyens à se surendetter… À moins que c’était leurs choix? Hmmm. Il est sûr que les banquiers font beaucoup d’argent, mais ça va avec le gonflement volontaire de l’endettement et une conjoncture probablement temporaire. À moins que l’on parle de la finance de Wall Street, très étatiste elle-même, qui assure nos fonds de pension et capitalisent des compagnies comme Apple qui créent ensuite des Ipod, des Iphones et des Ipad qui changent un peu le monde. Rien n’y est parfait, mais c’est assez représentatif de l’humain. Passons d’ailleurs sur l’ignorance totale des réelles raisons qui ont "fait s’effondrer les marchés financiers".

Mais la pire imposture, c’est de prétendre faire cela pour la solidarité intergénérationnelle et la redistribution de la richesse. Refiler la facture des ses ambitions luxueuses à la génération plus jeune et future n’est pas un symbole de grande solidarité.

Augmenter les taxes de citoyens qui se demandent s’ils ont encore les moyens d’habiter la maison qui représente leur seul vrai fond de pension, tout cela afin de payer des promesses de retraites aisées et prématurées qui n’ont jamais été soutenables, ce n’est pas ce qu’on entend généralement par "redistribution de la richesse". On est, dans tous les sens, beaucoup plus près de la redistribution style Shérif de Nottingham que celle de Robin des Bois.

Il n’y a aussi aucune commune mesure entre la violence de certaines manifestations étudiantes et les libertés qu’ils ont violé versus ce qu’ont fait les pompiers et policiers durant une heure. Il ne faut pas commencer à excuser la violence et les "débordements de rage" au nom de "l’injustice" si on ne souhaite pas la guerre civile le jour où le citoyen, désespéré, étranglé par les taxes, décidera que "enough is enough".

J’ai une certaine compassion pour les syndiqués qui se sont fait promettre des choses irréalistes et ont prévu leurs années futures en fonction de cela. Les priver de tout n’est selon moi pas une bonne solution. Je suis d’accord en bonne partie avec ce texte ici. À une exception majeure

N’empêche que dans le passé les employés municipaux ont troqué des hausses salariales contre de meilleures pensions. C’est donc chose dûe.

La réalité est plutôt que des élus, n’ayant aucunement les moyens de répondre à des demandes syndicales démesurées, ont acheté la paix en refilant l’intolérable aux élus futurs. Les représentants syndicaux étaient aussi au courant de cette illusion, mais ils paraissaient bien et refilaient aussi les problèmes à ceux qui allaient leur succéder. Tous ont donc été floués. Les citoyens comme les syndiqués.

Il faudra donc tous être raisonnables. Les citoyens n’ont pas non plus prévu leur avenir financier avec des hausses insoutenables de taxes. Nous serons tous perdants en assumant le poids des promesses passées. Le citoyen devra vivre avec moins que ce qu’il avait prévu parce qu’il paiera plus de taxes et le syndiqué retraité ou près de la retraite devra vivre avec moins que ce qu’il avait prévu parce que son chèque sera amputé. Les jeunes syndiqués, eux, prépareront leurs retraites selon les moyens réels de la population… Si bien sûr nos élus ne répètent pas les erreurs du passé et cessent de dépenser comme des marins ivrognes arrivés à terre pour la 1ère fois en plusieurs mois.

Voilà une position qui ne tente pas de diviser, contrairement à l’égoïsme de gauche défendu par les GND et ses maîtres chefs syndicaux.

n.b. Le déficit actuariel est autour de 3,9G$ dans les régimes municipaux. Que va-t-il arriver lorsqu’on va devoir s’occuper du même problème au provincial où le déficit doit être entre 50 et 90G$ de déficits (considérant que la bourse a beaucoup augmenté depuis 2011)? Est-ce pour ça que ça doit absolument être "la guerre" au municipal?

Xavier Dolan et la récupération politique ($$$)…

Ce blogue se veut un peu une réponse à la chronique de Patrick Lagacé. (2e fois qu’il me fait réagir en pas très longtemps. Welcome back Patrick! Tu faisais quoi dans les dernières années?)

Xavier Dolan Mommy photocall Cannes 2014

1) Si Xavier Dolan gagne à Cannes, GOOD FOR HIM!  Je ne suis pas contre qu’il gagne, j’en ai juste un peu rien à foutre. En passant, si c’est si important, il va battre qui? Qui sont les autres films pouvant gagner? Si nous l’ignorons, combien ignorent tout du film de Dolan? Combien se font croire qu’un film de chez eux pourrait gagner et ne parlent aucunement de Mommy? Combien vont souligner "l’exploit" s’il gagne, mais ne verront jamais le film gagnant si c’est pas lui? Et même si c’est lui…

Mais je me fou de cette possible victoire comme des autres gagnants les autres années à Cannes. D’ailleurs, vous les connaissez? Ne trichez pas! Et cela malgré le grand nombre de journalistes que nos médias y envoient chaque année. On se demande bien pourquoi en passant!

2) Vous savez quoi? Dolan le baveux, je l’aime bien moi aussi. J’aime les baveux, les brasseux en général. Ils sont importants dans une société! Ses films ne m’attirent pas, mais le gars a une couleur au moins.

3) Là où je décroche, c’est quand on prétend, quand il prétend, que le succès pointu et critique de ses films justifie les subventions au petit milieu culturel. Cannes, c’est pour et par un sous-groupe dans le petit milieu du cinéma. Fouillez moi pourquoi, mais souvent, ces gens se croient meilleurs que les autres parce qu’ils aiment des films qui ne sont pas grand public. On voit ce genre de piédestal imaginaire presque partout dans l’art. Personnellement, ça ne m’a jamais traversé l’esprit de me tirer un rang parce que je suis intéressé par des œuvres qui intéressent un nombre restreint de gens.

Mais revenons aux subventions. On parle de films ici, pas de chirurgie au cerveau! Ça ne prend pas de grandes qualifications pour en juger! Oui, ça donne une autre perspective d’en avoir vu un grand nombre, mais on n’a pas à "s’incliner" devant des supposé connaisseurs (et seulement ceux dont on veut bien nous parler).

Je ne crois que pas Dolan soit de la culture québécoise. C’est la culture des gens que j’ai décrit plus haut venant "d’ici, des States, de France, de Grande-Bretagne", etc. Peu importe leur nationalité finalement. Pendant ce temps, les Québécois ne semblent pas se reconnaître particulièrement dans les films de Dolan… Et c’est pas la fin du monde pour lui! Tant mieux s’il est capable d’avoir un certain succès et vivre de son art parce que son marché ne se limite pas qu’aux frontières du Québec! Mais ça ne saurait justifier les subventions à ses films ou à la culture en général. Xavier Dolan fait rayonner sa personne à Cannes, pas tant le Québec. Comme je dis souvent, ce ne sont pas les artistes qui décident la culture artistique d’un peuple, mais le peuple lui-même!!! La provenance de l’artiste importe bien peu au final.

Sauf que Dolan joue beaucoup sur la fibre québécoise. Donnons lui le bénéfice du doute qu’il est honnête dans son discours, mais c’est exactement ce qu’il doit dire dans le but de conserver ses subventions dans les années à venir.
Xavier-Dolan-Mommy

4) Ça semble la nouvelle diversion à la mode de la gauche et utilisée à fond par le milieu artistique souffrant de la faillite du système étatiste comme tous ceux attachés à sa mamelle: Si quelqu’un ose critiquer un programme ou une subvention qui n’a plus sa raison d’être, on le renvoie aux subventions (favoritisme) aux entreprises en prétendant que personne n’en parle… La réalité est pourtant que c’est de plus en plus jasé1, 2 depuis des années3, 4 et que l’action politique à ce sujet semble beaucoup plus près que toute coupure dans les cadeaux aux artistes. D’ailleurs, Guy Fournier écrivait ceci cette semaine:

Messieurs les politiciens, la culture, on ne touche pas à ça. Jamais! C’est une vache sacrée. Plus sacrée encore que la santé et l’éducation. La télévision, le cinéma, le théâtre, la danse, tous les arts contribuent à notre identité. Pas le reste, semble-t-il.

Si je suis cette logique, plus on dépense pour la culture, plus je suis Québécois et plus je suis Canadien, selon que l’argent vient de Québec ou d’Ottawa! La culture nous unit, mais elle nous divise aussi. Ça, c’est une particularité canadienne.

Je plains Hélène David, notre nouvelle ministre de la Culture, à qui le premier ministre demandera comme à tout le cabinet de faire un rigoureux examen de son budget. Elle trouvera sûrement quelques postes dans lesquels elle pourra sabrer. Si elle a le courage de le faire, juré, craché, je ne me sentirai pas moins Québécois!

Qui est vraiment prêt à le contredire? Regardez ce que les Conservateurs ont dû endurer pour des coupures qui n’en étaient pas vraiment.

Bonus: "ça se fait marcher sur le gros orteil et ça dit: «Je m’excuse!»"
Ça c’est la description reconnue d’un Canadien… Je dis ça comme ça.

Edit: Finalement, Xavier Dolan a gagné le prix du jury (avec un autre film de Godard) et non la palme d’or comme les médias nous ont parlé pendant des jours. Mais c’est pas grave, les gens ne savent pas la différence et n’ont pas plus vu les films qui ont gagné un ou l’autre des prix par le passé. Alors faisons comme si de rien n’était…

La Palme d’Or a été remportée par "Winter Sleep/Kış Uykusu", film turc. J’imagine donc que vous allez tous vous lancer pour le voir…

Aussi, il y a le Grand Prix (déjà appelé le Grand Prix du jury), Le meraviglie, film italien, qui est à voir avant Mommy puisque ce prix est plus prestigieux que le prix du jury qui ressemble de plus en plus à un prix de consolation pour Dolan et Godard (on dit dans les journaux français que le jury se sentait obligé de lui donner une reconnaissance parce qu’il ne l’ont jamais fait et qu’il se fait vieux).

La maison du menteur.

Groupe_Maison_du_Pecheur_DSC8094

Un film sur les racines du FLQ arrive en salles demain (13 septembre 2013) un peu partout au Québec. Son titre? «La maison du pêcheur». J’ai été amené à porter mon attention à ce film depuis des mois puisque ma belle famille a subit les événements scénarisés du film se déroulant en 1969 à Percé. Le grand-père de ma conjointe, Joseph Francis Cain, était même maire de Percé à l’époque où les felquistes et leurs amis ont terrorisé le village. Ne vous attendez cependant pas à ce qu’on vous raconte cette histoire.

Il est précisé au début du film que l’histoire racontée a été romancée, mais le mot est faible. Il faut aussi donner à la production que plusieurs point fictifs importants sont avoués sur le site web du film. Le problème est que l’équipe de direction prétend le contraire en entrevues. En fait, toute la promotion du film se fait autour de mieux connaître notre histoire et d’apprendre qui étaient réellement les membres de la cellule Chénier (qui ont tué Pierre Laporte en 1970). Lors des avant-premières, à Montréal et Québec, le réalisateur Alain Chartrand prétendait même que tout était vrai excepté les histoires d’amour.

n.b.: Alain Chartrand  est le fils de Michel Chartrand qui a été arrêté en octobre 70 grâce aux lois des mesures de guerre. Une chose que le fils semble encore avoir sur le cœur. Il faut dire que même si son arrestation était injustifiée, Michel Chartrand avait souvent offert son appui moral au FLQ, Ça suffisait à l’époque pour arrêter quelqu’un…

Il y a beaucoup plus de faux que de vrai dans La maison du pêcheur. Le film semble être une tentative par les amis des frères Rose d’excuser les gestes violents de la future cellule Chénier. Pas tant ceux commis à Percé, mais ceux de la crise d’Octobre. La thèse développée par les scénaristes du film est que Jacques et Paul Rose ainsi que leurs amis étaient des idéalistes et des pacifistes avant d’arriver à Percé. Ce serait donc le rejet qu’ils y ont connu qui les auraient alors amené dans la violence et même jusqu’au meurtre de Pierre Laporte.

J’ai voulu comprendre qui étaient ces gars-là avant de devenir les principaux acteurs de la crise d’octobre, explique Alain Chartrand. Ils ont été traités, après coup, de terroristes mais à la base, ces gars-là étaient des pacifistes qui avaient une cause à défendre. Ils avaient une mission et ils étaient d’une grande générosité. J’ai voulu découvrir ce qui était à la source des perturbations qui sont survenues 14 mois plus tard. -Alain Chartrand

Spécifions que le scénario a été écrit par Alain Chartrand, Jacques Bérubé et Mario Bolduc. La pierre angulaire semble être Jacques Bérubé, un ami de Paul Rose pendant plus de 30 ans. Le plus connu des deux frères serait même "la bougie d’allumage" derrière le projet de film qui raconte avant tout leur version des faits. Une version laissant de côté tout ce qui était trop gênant et ne pouvait expliquer la thèse expliquée plus haut.

Pour soutenir que les gens de Percé ont poussé nos felquistes dans la violence, on en fait des méchants très caricaturaux. On vise spécialement les gens d’affaire et le maire qui sont tous des personnages fictifs. On n’utilise pas les vrais noms et on invente des commerces. Probablement pour éviter les poursuites pour salissage de la mémoire de ceux qui ont réellement vécu l’été 69.

La réalité, c’est que les amis du scénariste et leur entourage ont imposé un régime de terreur à Percé. Les menaces, le vandalisme (le vrai, pas les niaiseries qu’ils montrent dans le film), les vols, la tentative de mettre le feu à la maison du maire (alors que la famille est là), résument certaines de leurs actions. Un des plaisirs des "hippies" était d’occuper des restaurants pendant des soirées de temps. Parfois ils ne faisaient que prendre de l’eau, le reste du temps ils partaient sans payer. Pour de petits commerçants qui réussissent à survivre grâce à la saison touristique en été, se faire dérober ainsi était très dur. C’est donc tous ces gestes criminels, en plus de l’absence de collaboration de la SQ, qui ont poussé la ville à vider la maison du pêcheur avec les tuyaux des pompiers.

Lettre de menaces

Mais ne cherchez rien de cela dans le film. On y prétend que les felquistes et leurs amis ont été victimes d’abus tout l’été parce qu’ils faisaient du bruit.

Ce qui est heureux au final, c’est que le film est particulièrement mauvais. Il y a de la bonne et de la mauvaise propagande. Un jour je vous parlerai de The Newsroom qui est de la propagande de gauche très bien faite. Mais La maison du pêcheur est de la TRÈS mauvaise propagande. On se croirait à certains moments dans Le cœur a ses raisons tellement les personnages et les plans de caméra sont ridicules. Il ne devrait donc pas durer longtemps dans les cinémas et ça ne vaut pas tant la peine de mettre de grands effort pour défaire tous les mensonges du film. Ce blogue sera donc ma seule vraie contribution à ce sujet.

Notons que Marc Cassivi a aussi élaboré ce matin sur d’autres mensonges du film. Spécialement celui qui est à la base de l’histoire du héro du film, Bernard Lortie, qui est devenu fils de pêcheur dont le père se fait saisir son bateau pour les besoins du film.

Alors si vous voulez connaître votre histoire, ce n’est pas avec La maison du pêcheur que vous y arriverez. Ne perdez pas votre temps! Je veux cependant, en terminant, féliciter très sarcastiquement l’ex député libéral Georges Mamelonet, présent propriétaire de la maison du pêcheur et Téléfilm Canada qui ont aidé à la réalisation de ce torchon cinématographique.

Ajout: Ce n’est pas pour les mêmes raisons, mais même un des "héros" du film raconte comment c’est un tissus de mensonge. D’ailleurs, les amis des frères Rose qui ont créé ce film ne sont présentement pas contents que ceux qui le savent parlent. Ça a cependant fait en sorte que Jacques Bérubé s’est une fois de plus humilié avec ses mensonges.

Les séries à surveiller cet automne.

Du moins, celles auxquelles je vais donner une chance:

Hostages à CBS les lundi à 22h:

Ça me fait penser énormément à The Following, mais ça semble bon et c’est de Jerry Bruckheimer.

Btw, en février, ce sera remplacé par Intelligence:

C’est une des nombreuses séries policières lancées cette année, mais une de celles qui semblent bonnes.

The Blacklist à NBC le lundi à 22h:

NBC a l’air de miser gros sur cette série. Mais ça semblait le cas aussi pour Golden Boy à CBS… Il risque d’avoir une des 2 qui ne survivra pas.

Almost Human à FOX les lundi 20h, mais à partir de Novembre:

Ça fait penser à Fringe, ça fait penser à I Robot, c’est une autre série policière… Mais ça semble bon!

Marvel’s agents of S.H.I.E.L.D. les mardi 20h:

Bah! Après avoir vu tous les films, faut bien écouter la série reliée.

Dads à FOX les mardi à 20h:

Un sitcom fait par Seth McFarlane et avec Seth Green. J’achète!

Brooklyn 9-9 à FOX les mardi 20h30:

Un sitcom policier… :P Andy Samberg, Terry Crews et Andre Braugher que j’ai aimé dans House et Last Resort.

Ironside à ABC le mercredi à 22h:

Encore une série policière. Ça fait penser à House. Mais c’était bon House!

The Crazy Ones à CBS les jeudi 21h:

C’est avec Robin Williams. Je suis vendu.

Le capitalisme a causé la tragédie de Lac-Mégantic? Vraiment?

Lac-Mégantic train

L’histoire est malheureusement trop "connue" maintenant. Le 6 juillet, des wagons pleins de produits inflammables déraillent et explosent à Lac-Mégantic, rasant le centre-ville et tuant des dizaines de personnes. Déjà, 2 jours plus tard, je voyais des gens de diverses mouvances de gauche sur les réseaux sociaux commencer à blâmer le capitalisme pour la tragédie. Le mot s’est vite passé et c’est devenu rapidement le sujet de plusieurs textes. Par exemple: ici et ici.  Il était aussi facile de pointer du doigt un Américain, vieux, laid, non charismatique et unilingue anglophone, ce qui a été fait, tout comme Harper bien sûr malgré les faits, mais restons sur le sujet du gros méchant capitalisme.

Les suggestions sont aussi rapidement venues de nationaliser les chemins de fer malgré les faits, une fois de plus, indiquant qu’ils sont plus dangereux là où ça a été réalisé.

Je me suis donc intensivement plongé, à tête reposée, dans le sujet lors de mon retour de voyage à la fin juillet. Après avoir lu une centaine de textes sur l’accident, MMA, Lac-Mégantic, etc. j’en suis venu à un constat clair:

Nous ne savons pas encore la cause de l’accident en tant que tel (une erreur/négligence humaine semble fort probable), mais il n’aurait pu avoir lieu sans l’intervention des gouvernements.

Résumons l’histoire de MMA:

  • La compagnie est créée en 2003 pour acheter et exploiter un tronçon dont le CP ne veut plus parce qu’il n’est plus rentable suite à l’écroulement de l’industrie des pâtes et papiers.
  • Lors de cette fondation, la Caisse de dépôt et placement achète pour 7 millions d’actions de MMA et prête 7,7 millions de dollars.
  • Commencent alors les aides gouvernementales diverses puisque MMA perdra 4 à 5 millions de dollars par année.
  • La Federal Railroad Administration accorde un prêt de 34 millions remboursable sur 25 ans.
  • Québec et Ottawa versent 15 millions à MMA en 2007.
  • MMA sépare son tronçon en 2 et revend en 2010 une partie au gouvernement du Maine pour 20,1 millions de dollars. Argent dont MMA se sert pour rembourser le prêt par la CDPQ.
  • Le secrétaire des Transports américain, de son côté, prête 68 millions de dollars au cours des années. La non-transférabilité de ce prêt empêche MMA de se débarrasser du tronçon qu’une autre compagnie voulait acheter en 2011… À condition que l’aide gouvernementale suive le tronçon.
  • En 2012, MMA a donc une offre de transporter du pétrole, ce qui lui permet de ne pas perdre de l’argent pour la première fois de son histoire.

La conclusion est donc claire: Sans l’aide et la volonté des différents paliers de gouvernements du Canada et des USA, MMA n’aurait probablement jamais existé et il n’y aurait plus de trains passant à Lac-Mégantic depuis des années. Aucune compagnie n’aurait voulu de ce tronçon sans l’aide de l’État permettant de payer les salaires reliés aux opérations. Durant sa durée de vie, MMA a été un quasi-OSBL servant à faire fonctionner un tronçon de chemin de fer artificiellement et payer des salaires pour des emplois qui ne devraient plus exister. D’ailleurs, plusieurs OSBL gèrent des chemins de fer non rentables un peu partout au Québec avec l’aide de l’État… Quand ce n’est pas directement le gouvernement qui s’en occupe.

Pourquoi? On en a eu rapidement la réponse avec la mairesse de Lac-Mégantic et plusieurs autres maires tout le long du tronçon qui ont crié à l’urgence de la reprise du passage des trains. L’économie de leur ville en dépend et ils ne veulent pas passer à travers la transformation économique que la mort du tronçon non rentable provoquerait. Je vais même citer le maire de Cowansville:

On ne peut pas se passer du train. -Arthur Fauteux, maire de Cowansville

Ils ne veulent surtout pas en payer le prix politique! Peu importe la tragédie, peu importe les morts, ils veulent toujours du train! Et c’est ainsi depuis de longues années! Lac-Mégantic et plusieurs autres villages existent parce que le train y a passé. L’image au haut de ce billet est d’ailleurs celle du centenaire de Lac-Mégantic. Le train a toujours été au centre de l’existence de cette ville.

FestirailÀ Charny, où j’habite, le Festirail a lieu chaque année pour souligner l’importance du chemin de fer passant dans la ville et qui est relié à celui de Lac-Mégantic. L’événement est organisé par la Corporation Charny revit dont le logo est aussi un train et dont le slogan est "Prenez le train de la revitalisation". Pourtant, ce bout de tronçon est opéré par le Ministère des Transports puisqu’une tentative de relance s’est soldée par une faillite en 2006. C’est assez représentatif de nos chemins de fer au Québec. D’ailleurs, je me demande pourquoi nos médias s’occupent uniquement du tronçon de MMA puisque plusieurs autres sont en piteux état, pour ne pas dire dangereux, ailleurs au Québec.

Maintenant, avec toutes les pressions exercées sur les gouvernements, 2 choses risquent d’arriver:

1) Un autre MMA prendra la relève et va exploiter à perte le tronçon à l’aide du gouvernement ou jusqu’à la faillite pour répondre à la volonté de sauver artificiellement des emplois et d’acheter des votes.

2) Cette compagnie va transporter du pétrole et réussir à rentabiliser un peu le tronçon. Du moins tant que les verts vont bloquer la construction d’un pipeline offrant une option moins couteuse et dangereuse ou jusqu’à un autre accident tragique.

Irving semble lever la main présentement et propose exactement l’option #2. Combien de temps la compagnie acceptera-t-elle réellement d’assumer les pertes liées à l’exploitation du chemin de fer?

Mais chose sûre, ce n’est pas le capitalisme qui a assuré le passage de trains à Lac-Mégantic depuis les 10 dernières années et ce sera l’Étatisme qui continuera à en assurer le maintien.

Soyons finalement clair sur le fait que ce blogue n’excuse en rien MMA si jamais elle est responsable de l’accident. Au contraire! Ce blogue dit que MMA n’aurait JAMAIS dû exister!

Ajout: MMA a obtenu la permission de continuer à opérer par la cour. Lors des présentations, la compagnie a fait valoir ce qui suit:

«MMA, appuyée par la municipalité de Lac-Mégantic, de même que le gouvernement du Québec, soutient qu’il est dans son intérêt, de même que celui de ses créanciers, de continuer l’exploitation de son entreprise afin de maximiser la valeur de son patrimoine». 

Supermoon.

Petite compilation de photos de la Supermoon 2013. Nous sommes petits…
Suppermoon

supermoon-2013-plane-Boston
Boston

7149218011_80aeab0845_b
Toronto

324274-supermoon Vancouver
Vancouver
323758-supermoon NYCLune Statue de la liberté
NYC

slide_304653_2606560_free
San-Francisco                                                            

Supermoon Sydney
Sydney

331858-brazil-supermoon
Sao Paulo                                                                      

Supermoon Grèce
Athène

super-kids-supermoon-las-vegas
Super Kids and the Supermoon in Vegas.

Panique au village séparatiste!!!

sugar-sammy

Depuis dimanche soir, moment où Sugar Sammy a remporté le prix d’Humoriste de l’année (voté par le public) aux Oliviers, le village séparatiste est en panique! En fait, c’est peut-être plus depuis lundi matin. Parce que soyons honnête, les Oliviers, comme à chaque année, était un show archi plate. Alors même si on prétend, selon nos cotes d’écoutes soufflées du Québec, que 1,2 million de Québécois ont regardé les Oliviers, je doute. Je doute surtout qu’autant ont enduré ce supplice jusqu’à à la fin. C’est quand même effrayant qu’une soirée faite pour récompenser les humoristes soit si peu drôle année après année et qu’aucun humoriste ne semble se rendre compte que ça pourrait lui servir de publicité pour vendre des billets. Au pire, si personne n’écoute, ça pourrait devenir un vidéo viral!!!

Mais revenons au village séparatiste! Je ne sais honnêtement pas ce qui s’est passé au village! Sugar Sammy n’est pas connu d’hier! Il n’a pas fait de coming out fédéraliste aux Oliviers et n’a certainement pas fait du prêchi prêcha comme Guy Jodoin au Gala Artis. Est-ce que le fait que les Québécois ont voté pour lui plus que pour nimporte quel humoriste? Avant, ils le croyaient marginal et maintenant, ils voient qu’il plaît énormément tout comme, fort probablement, son discours? Il faut dire que nos séparatistes ne peuvent pas toujours demeurer dans leur bulle où le pays du Québec est proche. Il doit y avoir souvent des "reality check" dans leur entourage ou dans les sondages pour déranger cette bulle. C’est un peu chiant pour eux, il faut les comprendre!

Bien sûr, le Bock Côté a embarqué dans la chorale paroissiale! Il vient de se rendre compte que le Québec est beaucoup plus philosophiquement comme Sugar Sammy que comme le Bock-Côté. Le Québec est plus "colonisé" (a évolué avec le temps) que colon.

Militant libéral au référendum de 1995, il ne cache ni son fédéralisme, ni son adhésion au multiculturalisme. Mais comme il l’a déjà noté, l’humour est infiniment plus efficace que coller des pancartes pour faire «passer son message». Il n’a pas tort. Dans une société «juste pour rire», celui qui fait rigoler a un grand pouvoir. Il peut définir ce qui est branché et ce qui est ringard.

SA VISION DU QUÉBEC

À travers son humour, Sugar Sammy avance sa vision du Québec. Sa marque de commerce, c’est la ridiculisation des Québécois francophones. Et plus exactement de ceux qui souhaitent un Québec français et souverain.

Tout commence bien sûr par le fait qu’un humoriste, un artiste, ose dire ouvertement qu’il n’était pas du "bon bord" en 95. C’est assez rare dans la tribu! Ensuite, comme beaucoup de séparatistes, Bock Côté mélange sans gang et les Québécois! Ce sont DES Québécois, mais certainement pas LES Québécois! Même pas les Québécois francophones! D’ailleurs, j’ai presque l’impression qu’il faut dire que Sugar Sammy est, comme moi, un Québécois! Pas moins que le Bock-Côté!

Ce qui est risible, ce n’est pas le Québécois francophone, mais ces Québécois, souvent unilingues, qui entretiennent une fermeture et même une maladie envers l’anglais. Même pas besoin de dire "les autres langues"! Pour le Colon, c’est l’anglais l’ennemi! Comme sur les plaines d’Abraham lorsque la France et la Grande-Bretagne s’y sont battus.

Je dois aussi ajouter que pour "ridiculiser les Québécois", le Bock-Côté est un expert! Son expression "société juste pour rire" en est une parmi tant d’autres où il se place au-dessus du "petit peuple" à chaque fois qu’elle aime une chose populaire ne moussant pas son idéologie culturelle et politique colone. En voici un autre petit exemple:

Certains Québécois ont une faille psychologique. Ils se sentent enfermés dans une société francophone, parce qu’on leur a dit que l’ouverture au monde est anglophone.

Le déni de cette réalité de l’anglais langue internationale #1 est toujours assez ahurissant! Bizarrement, entre le Bock-Côté et Sugar Sammy, j’ai plus l’impression que c’est Sugar Sammy qui aime le Québec. Du moins celui de 2013. Le Bock-Côté semble aimer un Québec qui n’a peut-être jamais réellement existé ailleurs que dans l’imaginaire du village.

Une petite réflexion en terminant sur le multiculturalisme en commençant par l’étalement des préjugés habituels du Bock-Côté:

En idéalisant Sugar Sammy, ils disent: regardez comme nous sommes ouverts et modernes. Le Québec de Sugar Sammy, c’est celui que nous voulons. C’est un Québec canadianisé, où le bilinguisme est la norme. C’est un Québec qui multiplie les accommodements raisonnables. C’est un Québec qui consent à se dissoudre dans le multiculturalisme canadien.

C’est un Québec où plusieurs sont désormais «Montréalais d’abord», plutôt que Québécois d’abord. Je repense à son spectacle You’re gonna rire. Un spectacle «bilingue». À l’image du Montréal idéal de Sugar Sammy. Un Montréal où on parle bilingue dans la même phrase, évidemment. Un Montréal où les Québécois devraient cesser de se battre pour se faire servir en français.

1) Je comprends que d’être Canadien, c’est l’ultime mal pour un Québécois du village et qu’il est donc important de ploguer ce sentiment dans le texte, mais le bilinguisme n’est justement pas réellement canadien. C’est encore une vue du gouvernement… Quoique c’est pas mal la seule chose importante pour notre colon! Même là, c’était la vue d’esprit d’un Pierre-Elliot Trudeau bien Québécois! Le bilinguisme, spécialement celui formé de la langue locale et de l’anglais langue internationale, c’est en fait répandu dans plusieurs petits États où la population a compris qu’elle n’irait pas loin seulement avec sa langue locale. Les Pays-Bas, la Suède, la Finlande, la Norvège pour ne nommer que ceux-là. Bien sûr, ces États n’ont pas empêché leurs population d’apprendre la langue qu’ils désiraient en majorité et dont ils avaient besoin. Mais ici, le bilinguisme est l’ennemi ultime et ça créé des situations où un Sugar Sammy parle 4 langues alors que Guy A. Lepage est unilingue. Merci la loi 101 qui nuit aux francophones!

2) Les accommodements raisonnables n’ont rien avoir avec Sugar Sammy ou son discours. Mais pourquoi s’empêcher d’essayer de le diaboliser un peu en lançant des accusations vides?

3) Il est tout à fait normal pour un Montréalais d’être Montréalais d’abord! Comme dans nimporte quelle ville de cette taille qui se démarque un peu. Le sentiment est le même à Toronto!

4) Une fois de plus, "cesser de se battre pour se faire servir en français" n’a rien avoir avec Sugar Sammy ou son discours. Personne ne dit ça d’ailleurs! Je répète moi-même depuis des années que c’est à chaque Québécois à le faire s’il le désire.

Le "multiculturalisme" est décrié à gauche et à droite. Pour moi, c’est une politique gouvernementale. Et comme toujours, ce qui est souhaité par l’État et la réalité dans nos vies sont 2 choses totalement différentes. Oui il y a les accomodements raisonnables ridicules. Vous remarquez qu’ils sont faits généralement par l’État ou des bras de l’État? Le reste, les gens s’arrangent pas trop mal. Les individus gèrent leurs interactions entre eux. Les USA n’ont pas une politique multiculturaliste et la vie de tous les jours dans leurs grandes villes ressemble pas mal à celles dans les nôtres. Je le dis souvent, Toronto, Calgary et Vancouver sont des villes plus cosmopolites que New-York et L-A! Est-ce à cause du multiculturalisme? Est-ce dû au fait de vivre à côté d’un géant de plus de 300 millions d’habitants qui a développé chez nous une volonté d’avoir certains marchés de taille "américaine"? Je ne sais honnêtement pas.

Mais plusieurs dénoncent le multiculturalisme à cause de l’islam radical. Un danger qui nous guette certainement ici. Encore plus au Québec parce que l’obsession de la langue que j’ai dénoncée plus haut a fait penser qu’il fallait faire venir ici des immigrants parlant français, peu importe le reste de la culture. Parce que pour plusieurs au Québec, le français, c’est juste ça la culture. Tout commence et se termine par ça. Cependant, est-ce qu’on peut réellement dire que l’islam radical est moins développé aux USA? Je ne dis pas que le multiculturalisme n’est pas à changer ou à revoir, mais j’ai l’impression qu’on vise la mauvaise cible en mettant nos efforts seulement là-dessus.

Labeaume No More 2.

Labeaume vs Laval vs Mtl

Tous les chiffres sont tirés des budgets des villes de Québec, Montréal et Laval. Je dois préciser que la ville de Laval semble avoir changé sa méthode comptable pour le budget 2009, ce qui a affecté les chiffres. J’ai d’ailleurs choisi de calculer la croissance en fonction de l’année aux dépenses les plus basses. C’est donc 2007 pour Québec et Montréal, mais 2008 pour Laval.

Cependant, même si on calcule une augmentation de 30 millions des dépenses par année à Laval (moyenne réelle: 23 millions) et qu’on l’applique à l’année 2007, il est possible d’arriver à une croissance totale de 21%. Autre possibilité: oublions l’année 2007 pour tout le monde. Nous arrivons tout de même à une augmentation des dépenses de 28% pour Québec, 19% pour Montréal et 19% pour Laval.

L’assistance sociale au Québec.

Aujourd’hui, Ian Sénéchal a sorti un chiffre surprenant sur le nombre d’assistés sociaux détenant un diplôme universitaire. Ça m’a inspiré à fouiller un peu plus…

Je dois préciser que l’assistance sociale n’est pas le sujet économique le plus important et ce n’est pas où il est possible de faire les plus grandes économies sur les 75 milliards et plus que nous dépensons chaque année présentement au Québec. C’est cependant un potentiel de travailleurs intéressant et une masse de gens qui pourraient améliorer leurs contiditions de vie. J’aime d’ailleurs la phrase récente du nouveau chef du Parti Conservateur, Adrien Pouliot, qui disait que c’était les travailleurs les plus taxés puisqu’ils le sont à 100% dès qu’ils font 1$. Donc aucune incitation au travail, du moins déclaré.

Il devient donc intéressant de mieux connaître nos assistés sociaux. Surtout que quelques faits sont aussi relatifs à notre système d’éducation. Voici quelques chiffres intéressants mis en contexte:

  • En décembre 2012, on compte 191 854 ménages prestataires du Programme d’aide sociale, ce qui représente une diminution de 3 % par rapport à décembre 2011.
  • En décembre 2012, on dénombre 308 725 prestataires (214 504 adultes et 94 221 enfants), soit 10 851 de moins qu’à pareille date l’an dernier (3,4 %) alors qu’il y avait déjà eu une baisse de 3,3% l’année précédente)
  • 126 160 adultes prestataires (58,8%) sont sans aucune contrainte à l’emploi.
  • 46 101 (21,8%) ont 55 ans et plus (c’est considéré comme une contrainte).
  • Hire me diplômé7889 (6,3%) prestataires sans contrainte ont un diplôme collégial.
  • 2893 (2,3%) de plus ont 55 ans et plus et un diplôme collégial.
  • 8244 (6,5%) prestataires sans contrainte ont un diplôme universitaire.
  • 3501 (2,8%) de plus ont 55 ans et plus et un diplôme universitaire.
  • 77 086 (61,1%) des prestataires sans contrainte sont des hommes.
  • 59 172 prestataires adultes sont nés hors du Canada (27,6%) (pas nécessairement une contrainte).
  • 73,5% de ces prestataires sont au Canada depuis 3 ans ou plus.
  • 82 524 (65,4%) des adultes sans contrainte à l’emploi sont des prestataires depuis au moins 4 ans.
  • 49 439 (39,2%) des adultes sans contrainte à l’emploi sont des prestataires depuis au moins 10 ans.
  • 31 310 autres prestataires adultes le sont depuis au moins 10 ans, mais ont 55 ans et plus.
  • En décembre 2012, l’aide moyenne versée aux ménages prestataires du Programme d’aide sociale est de 656,88 $, l’aide totale versée se chiffrant à 126,0 millions de dollars.

Source: Rapport statistique sur la clientèle des programmes d’assistance sociale décembre 2012 MESS

Il faut aussi considérer que 28% des étudiants pré-universitaires n’ont pas de diplôme après 5 ans, que 47% de ceux à la technique n’en ont pas plus après le même 5 ans et que 33% des gens qui entrent à l’université en ressortent sans diplôme point.

Qu’est-ce qui cause le prolongement des études?
Jusqu’à quel point le lien entre prestataire né hors Canada et prestataire avec diplôme est fort et qu’est-ce qu’on peut faire pour améliorer cela?
Est-ce qu’on forme des étudiants dans des programmes sans débouchés (indicateur des besoins de la société payant la formation)?

C’est quelques questions qu’on ne s’est aucunement posé au Sommet sur l’éducation supérieure…

Le Fish n’ Chips gate!

aucuns_chiots_ou_anglophones_dog_shirt-p155713719305012343envsw_400Depuis quelques jours, on a beaucoup parlé du "pastagate"… Malheureusement pour nous, ça nous fait même honte à l’étranger. Ici et ici entre autres.

On en a cependant beaucoup moins parlé, mais c’est aussi le "Fish n Chips gate"!

Et ce matin, c’est le Steakgate ou le WCgate.

Mais en fait, c’est loin d’être nouveau! Ça va peut-être un peu plus loins, mais le harcèlement de l’OQLF contre de pauvres commercants pour des conneries, ça fait des années et des années que ça dure! Une fois que les vilains " ‘s" ont été retirés des noms de commerces dans les années 70, ces gens avaient encore besoin de justifier leur existance!

Une amie me racontait hier: "Mon frère a dû installer des collants sur le micro-onde de son ancienne job pour franciser les boutons "start" et "pop corn"!" Tout le monde connaît quelqu’un avec une histoire comme ça, mais on laisse couler depuis des années malgré la stupidité de cela. Peut-être qu’on espèrait que c’était des exceptions. Mais après que l’OQLF ait avoué son erreur et ait tenté de dire que c’était une exception, on se rend compte que c’est un mot d’ordre généralisé.

Et on n’a pas entendu le pire! Lisez ce récit d’un Ben & Jerry’s de Montréal qui s’est fait intimider pendant des semaines par l’OQLF.

Nous vivons présentement une période d’intensification de la guerre contre l’anglais au Québec. Je vous parlais à la dernière élection de l’anglophobie de plus en plus importante. Ici et ici. D’ailleurs, je me demande presque s’il a été possible de prétendre le PLQ aussi souvent illégitime au pouvoir parce qu’il est appuyé fortement par la communauté anglophone…

Mais il importe que ces histoires étaient avant le lot d’anglophobes ultra marginaux. Ça fait peur lorsque leurs mensonges sont repris très largement par des pseudo sommités avec de la place dans les médias de masse. Un de ces mensonges persistant, est que les universités anglophones sont surfinancées au Québec parce qu’elles reçoivent entre 25% et 30% du financement alors que les anglos ne représentent que 8% de la population québécois.

Cette prétention anglophobe, inventée par un névrosé du nom de Louis Préfontaine (qui s’occupe de l’inquiétante page Québec Français sur facebook), a récemment été reprise par Michel David du Devoir, des universitaires, et  LE Bock-Côté.

Il faut que ce mensonge cesse d’être répété et que ceux qui défendent un financement anglophobe des universités le disent clairement!

Effectifs universités 2010

Les universités anglophones québécoises recevaient 27,05% des étudiants universitaires québécois (85 350 sur 315 446) en leurs murs en 2010. On est donc pas mal dans les chiffres avancés concernant la part du financement qu’elles reçoivent. Pourquoi cela?

Parce que les universités sont financées en fonction du nombre d’étudiants qu’elles reçoivent. Point! La langue d’enseignement n’a aucune importance! Il n’y a AUCUNE discrimination présentement dans le financement universitaire. Mais plusieurs souhaitent qu’on implante une discrimination basée sur la langue et que des étudiants, faisant le libre choix d’étudier en anglais dans une université québécoise, soient pénalisés.

Ce que les anglophobes voudraient, c’est que ces Québécois soient désavantagés ou que les universités anglophones les refusent faute de moyens… Ils voudraient aussi que ces universités perdent de leur prestige en limitant, de manière xénophobe, leur financement. Tout cela par haine de l’anglais et par jalousie que McGill soit notre meilleure université et de loin.

AJOUT:  Un autre mensonge fréquent des anglophobes, c’est qu’aucun pays ne finance des études dans une langue étrangère (ce que l’anglais n’est pas au Québec. C’est faux! 

    • "For those who wish to study in English, Finnish universities provide close to 200 Master’s degree programmes, and 23 special Doctoral programmes."
    • "over 600 master’s and bachelor’s degree programs taught in English at Swedish universities"
    • "Danish higher education institutions offer more than 500 programmes taught in English – all internationally recognised and of high quality."

Ce n’est que 3 exemples… Et l’éducation y est totalement gratuite, donc entièrement payée par l’État. Les Scandinaves ont compris que leur langue les limitaient géographiquement et que la langue qui ouvrirait le plus de portes serait l’anglais. Mais au Québec, on sait cela, sauf que la haine de certains colons se croyant toujours en guerre sur les plaines l’emporte.

La loi 101 n’est pas une loi POUR le français, mais une loi CONTRE les autres langues… En fait contre l’anglais. Le Pastagate (aussi un Fish n chips gate) est une erreur de parcours. Probablement une diversion de la loi 14 qui veut limiter aux francos l’accès aux insitutions d’enseignement anglophones.

Plusieurs tendent à traiter les anglos comme des parasites au Québec alors qu’ils font partie de notre histoire et notre culture. Comme l’anglais qui est une langue québécoise et non étrangère comme disait une ministre il y a peu de temps.

Stop Triple

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.