Les paradis fiscaux et le problème de dépenses du Québec.

jaihonte3
Le Québec a un problème majeur de dépenses. C’est un fait très dérangeant pour la gauche québécoise au pouvoir depuis au moins 50 ans au Québec. C’est un des résultats de leur modèle. Un autre échec s’ajoutant au fait que les Québécois sont maintenant les plus pauvres au Canada une fois l’État s’étant servi dans leurs poches. Adrien Pouliot explique très bien l’ampleur de cet échec ici.

Notre gauche aime bien vivre dans le déni de ces échecs. Elle cherche donc des excuses qu’elle répète constamment. Elle cherche d’autres coupables pour éviter de prendre le blâme. Les riches, les entreprises, les paradis fiscaux, etc. Des coupables sans visage, donc facile à diaboliser. Alors pas vraiment besoin d’étayer son argumentation. On pointe et c’est tout. Des excuses magiques qui délestent de toute responsabilité!

C’est cute, mais ça ne colle pas à la réalité. Ce ne sont que des diversions pour idiots.

Dans un texte sur PKP, (qui a menti. Point. Pour le reste, c’est sa maladie habituelle sur les Desmarais. Lui aussi tente de faire diversion.) Patrick Lagacé nous ramène plusieurs de ces excuses et coupables faciles sans qui nos écoles seraient saines. J’en profite donc pour démonter ces histoires à dormir debout. Un moment donné, c’est assez de faire croire des sornettes aux gens!

Je commence doucement:

« Moins les entreprises paient d’impôts, plus les contribuables doivent en payer. »

À ça je n’ai qu’une question: D’où vient l’argent des entreprises sinon de la poche des contribuables/citoyens/consommateurs?

Une entreprise ne paie jamais réellement d’impôts ou de taxes. On aura beau lui charger tout ce qu’on veut, elle les paiera toujours avec ses revenus qui proviennent de nos poches. Et afin de rester profitables, les entreprises taxées davantage vont généralement charger davantage pour leurs produits. Ce qui, en terme gauchiste, est une taxe régressive envers les citoyens puisque tous paient les mêmes prix pour les produits de consommation.

Parfois, elles sont plus dures avec leurs employés, coupent leurs dépenses et les emplois reliés. Au final, si le prix de ses produits devient trop élevé et que les gens s’en passent, l’entreprise ferme et les employés et actionnaires perdent.

Avant que ça se produise, l’entreprise a bien sûr le choix de déménager. Physiquement ou virtuellement. Sauf les PME et entreprises de proximité qui sont généralement esclaves du système dans lequel elles sont nées. C’est la situation au Québec où les entreprises sont plus taxées que partout en Amérique du Nord.

Le fardeau fiscal global des entreprises est deux fois plus imposant au Québec que dans les autres provinces. Cet écart s’explique par la cotisation que doivent verser les employeurs pour les services de santé. Pour estimer l’écart, le ministère des Finances a appliqué aux entreprises du Québec le régime des autres provinces, ce qui comprend l’impôt sur les profits, la taxe sur le capital et la taxe sur la masse salariale. Ainsi, une entreprise qui a un fardeau fiscal de 100 au Québec aurait un fardeau de 68,6 en Ontario, de 49,2 en Colombie-Britannique et de 45,8 en Alberta. Pour les entreprises du Québec, l’écart avec le régime ontarien représente 2,9 milliards.

Source: Ici

Donc si on veut viser les entreprises et des riches, on doit parler de ceux (sans les identifier ou dire combien ils doivent) qui ne paient pas leur « juste part » en se sauvant (de notre enfer fiscal) dans les paradis fiscaux.

Après tout, s’ils payaient tout ce qu’ils nous « doivent », on pourrait financer de manière convenable la santé, l’éducation, les CPE, les CHSLD, les infrastructures comme des ponts neufs et des écoles sans moisissure, la culture, les centres de désintox, de plus gros chèques d’aide sociale, des logements sociaux, des soins et budgets plus adaptés pour nos personnes handicapées, de meilleurs salaires pour les employés de l’État qu’on prétend faussement sous-payés, etc.

Lagacé écrit:

l’État dépense trop ! Mais pendant qu’on ergote sur ces dépenses, on parle assez peu des revenus dont les États se privent, par exemple tout ce fric planqué dans les paradis fiscaux… Du fric qui pourrait, par exemple, donner des écoles dignes de ce nom aux petits Québécois. J’inclus PQ et PLQ dans cette complicité favorable au Big Business.

Ceux qui font une obsession des paradis fiscaux nous lancent généralement de gros chiffres de centaines de milliards qui y seraient cachés. Quand ce n’est pas le chiffre mondial, c’est le chiffre canadien dont le Québec ne représente que 20% de l’économie. En plus, ce sont des chiffres cumulatifs sur plus de 2 décennies.

Voici la réalité: Selon les calculs du ministère des finances, c’est 800M$ para année que le Québec pourrait supposément aller chercher dans les paradis fiscaux.

Ça passe vite 800M$! C’est 1/3 du déficit budgétaire (le vrai déficit est bien plus important que ça, mais j’y reviendrai) du gouvernement du Québec l’an dernier. C’est ¼ de ce que demandaient au départ les employés de l’État comme augmentation annuelle. C’est un peu plus que ½ de ce qu’ils ont reçu finalement.

En passant, c’est presque 4x moins que ce que le ministère des finances calcule « perdre » avec le travail au noir. De l’argent qui circule tout de même au Québec et qui est taxé un jour où l’autre de 32 000 façons. 3,9G$ si on combine tout cela en fabulant que tout cet argent resterait au Québec et accepterait docilement d’être autant taxé.

3,9G$ annuellement, c’est presque un gros montant! C’est impressionnant! On pourrait faire bien des choses avec ça!

On pourrait… Si la dette du Québec n’avait pas augmenté de 11,6G$ l’an dernier. Page E.15 du budget. C’est ça le VRAI déficit du Québec.

Donc peu importe les diversions, les problèmes budgétaires du Québec sont des problèmes de DÉPENSES!!! Pas de revenus.

Ça va prendre une réelle austérité un jour. Ça c’est quand où on coupe pour vrai plutôt que de réduire l’augmentation des budgets. C’est quand on fait des choix et qu’on établit des priorités. Donc qu’on laisse tomber ce qui est moins important dans le panier de services. Avoir des écoles sans moisissure, tout le monde veut ça! C’est facile se faire un grand défenseur d’une telle cause. Mais on coupe où?

C’est une question inévitable! Même pour ceux vivant dans le déni!

Portefeuille-Vide

Où est passé l’appui massif à l’austérité?

Voici un petit montage de bon nombre de sondages qui concernait la volonté des Québécois de couper dans les dépenses (austérité), réduire taxes et impôts, même si ça nous amène à couper des services!

Aussi, encore cette semaine, la tendance semblait partagée envers les employés de l’État dans le combat contre le gouvernement, donc nos poches.

Syndiqués 2015

Pourtant, ce matin, les médias de PKP et Le Devoir publient un sondage de la firme de Jean-Marc Léger, qui siège sur le CA de Quebecor, disant que:

  • 54% (vs 33%) sont contre les mesures d’austérité.
  • 51% (vs 28%) appuient les syndicats vs le gouvernement.
  • 64% (vs 20%) trouvent que le gouvernement gère mal les négos.

Rappelons tout d’abord qu’il a été confirmé ce que plusieurs disent depuis le tout début: Il n’y a pas d’austérité au Québec!!!

Mais après quelques réductions d’augmentations de dépenses et des médias qui répètent le mensonge que c’est de l’austérité, les Québécois seraient devenus contre ce qu’ils n’ont pas connu, même si, de l’aveu même du sondage Léger, ça ne les affecte pas?

Les Québécois appuieraient aussi clairement que soudainement les syndiqués dans leur quête d’avoir des augmentations bien supérieures à ce que les autres citoyens obtiennent?

Les Québécois seraient donc aussi en faveur des hausses d’impôts qui découleraient de fortes augmentations aux syndiqués, mais la priorité #1 au fédéral (53% vs 16% la 2e), c’est des baisses d’impôts.

Les Québécois sont souvent durs à suivre, mais il y a ici quelque chose de louche.

Michel David tente de s’en convaincre, ça sert ses idées, mais je sens qu’il n’y croit pas vraiment:

Il est rare que l’appui aux syndicats soit aussi net : 51 % des personnes interrogées appuient leur position dans la présente ronde, alors que 28 % se disent favorables à celle du gouvernement. […]

Contrairement à ce qu’a toujours prétendu le premier ministre Couillard, la « majorité silencieuse »n’est pas de son côté. Alors que les employés de l’État ne bénéficient généralement que d’une sympathie très limitée, les syndicats ont manifestement réussi à convaincre la population qu’il existe un lien entre le combat qu’ils mènent pour préserver leurs conditions de travail et la lutte contre les mesures d’austérité[…]

Ça s’explique donc comment en réalité?

« Il y a un message clair pour [le président du Conseil du trésor] Martin Coiteux, dit Jean-Marc Léger, président de la firme : les gens ne sont pas derrière lui. »

Tout cela le jour de l’ouverture d’un Conseil national du PQ… Et une journée avant une rencontre de l’aristocratie syndicale de la CSN qui va décider de la suite de sa stratégie pour nous vider les poches au profit d’un groupe privilégié.

Merci Jean-Marc!

La fête des Patriotes… La vraie histoire.

Chevalier De Lorimier

Ce n’est pas nouveau que les séparatistes trippent sur les patriotes, mais c’est vers la fin des années 90 que la Société Saint-Jean Baptiste (ceux à qui on laisse encore le soin d’organiser la fête de tous les Québécois, avec des millions en argent public, malgré leur teinte politique rebutant une majorité de Québécois) lance un mouvement pour financer le film 15 février 1839 de Pierre Falardeau et pour une journée fériée en l’honneur des patriotes.

Le film raconte l’histoire de pauvres francophones ayant soif de liberté, mais qui se feront enfermer et exécuter par les Anglais (Britanniques). Le gros de l’histoire est factuel, mais Pierre Falardeau, habilement, a réussi à tourner l’histoire d’une manière à ce qu’on perçoive les patriotes comme des Québécois, que leur quête de liberté soit liée à la séparation du Québec et que les Britanniques soient associés au Canadiens anglais d’aujourd’hui. C’est ce film qui a directement amené la création de la fête des patriotes (le film a été fait en 2001 et la fête a été décidée en 2002).

Le héro du film de Falardeau est François-Marie-Thomas De Lorimier (Chevalier De Lorimier). Et c’est avec son testament, que les séparatistes reprennent encore souvent aujourd’hui sans en reconnaître le fond, que nous pouvons comprendre la vraie histoire des patriotes et ce qui les motivaient réellement. Une phrase importante est toujours ignorée par les séparatistes.

« tout concourt à ce but, les exécutions mêmes, le sang et les larmes versées sur l’autel de la liberté arrosent aujourd’hui les racines de l’arbre qui fera flotter le drapeau marqué des deux étoiles des Canadas. »

On n’en parle jamais ou lorsqu’on le fait, on tente de la discréditer, mais les Canadiens anglais se sont aussi révoltés contre la Grande-Bretagne. Le but des De Lorimier, Louis-Joseph Papineau (qui voulait même, par moment, une annexion aux USA) et William Lyon Mackenzie (grand-père de celui qui devenu notre premier-ministre plus tard), était le même que celui qui animait les George Washington, Benjamin Franklin et autres pères fondateurs américains. Il n’était aucunement question de séparer les anglos des francos, mais de les unir sous un drapeau dans un pays libre de la Grande-Bretagne. Comme le Canada. Le « drapeau des patriotes » que l’ont voit souvent devait en fait laisser place à celui-ci:

Drapeau de la république du Canada, institué par William Lyon Mackenzie et dont parle Chevalier De Lorimier dans son testament

Drapeau de la république du Canada, institué par William Lyon Mackenzie et dont parle Chevalier De Lorimier dans son testament.

Les seuls patriotes séparatistes étaient les frères Nelson et leur entourage, dont Robert Nelson qui s’est pas mal autoproclamé Président du Bas-Canada (Québec) alors qu’il était en exil aux USA. Mais c’était des anglos (et ils étaient marginaux dans le mouvement), donc pas de très bons héros quand tu te bats contre les « Anglais »…

Maintenant vous savez pourquoi la fête des patriotes, ça a du sens pour les Québécois et les autres Canadiens, mais pas vraiment pour les séparatistes.

Ajout: Gilles Duceppe ne comprend pas pourquoi le Canada anglais fête la reine. Les raisons sont pourtant évidentes. C’est une question de racines et de traditions. Comme la religion catholique pour les francophones du Québec. Même si on peut être malhonnête comme Duceppe et n’en retenir que la soumission et les autres côtés négatif. Malgré cela, on porte attention quand le pape dit quelque chose, quand on le change ou quand un Québécois a une chance de devenir pape (vous vous souvenez du Cardinal Ouellet full conservateur, mais qui avait supposément de bonnes chances de devenir pape?)

C’est la même chose pour la monarchie. D’ailleurs, les Québécois aiment bien la monarchie nouvelle avec Kate, William et leurs enfants.

Finalement, il faut s’avouer qu’il serait difficile pour le Canada de fêter les patriotes tellement ils ont été récupérés par les séparatistes. C’est triste, mais il faudrait éduquer ou rééduquer tout le monde sur la vraie histoire avant d’y arriver. Je fais ma petite part à ce sujet.

Ce que je retiens du budget 2015 du Québec.

BanniereFR_pageWeb

  • Contrairement à ce qui est rapporté, la dette grimpe toujours. Incluant par rapport au PIB. Le chiffre de 274G$ que prévoyait l’IEDM était d’ailleurs on target. D’habitude, c’était pire que prévu.
  • Les revenus du gouvernement tirés de nos poches ne cessent d’augmenter et toujours plus que l’inflation.
  • Les dépenses sont bien sûr en hausse aussi pour les prochaines années.  Toujours aucun signe d’austérité au Québec.
  • Le gouvernement prévoit des baisses de revenus pour Hydro Québec, des hausses pour Loto Québec et la SAQ.
  • Mais Loto Québec n’a pas des revenus en baisse présentement? Pas grave! On va s’inspirer de Cuba et la Corée du Nord et on va bloquer des sites que le gouvernement décide illégaux parce qu’il n’en profite pas. Vive le monopole!
  • Élimination totale de la taxe santé en 2019. Un contribuable qui paye 200 $ cette année, devra débourser encore 200 $ l’an prochain, puis 125 $ en 2017, 80 $ en 2018 et rien en 2019. C’est long donner un break à la population! Ça donne beaucoup de temps pour se servir dans nos poches autrement…
  • On prévoit aussi une baisse du fardeau fiscal des entreprises et particuliers d’ici 2020. Des baisses assez modestes, allant avec les économies très modestes qu’on va faire à droite et à gauche. Puisque le gouvernement refuse de couper dans les dépenses, c’est ce qui reste.
  • Les PME qui ont une masse salariale de moins de 2M$ n’auront plus à participer à la loi du 1% qui est un échec. Une bonne nouvelle.
  • Intéressant aussi qu’on pénalise moins les hausses de salaires avec le « bouclier fiscal« .
  • Les médecins incorporés vont payer plus d’impôts s’ils n’engagent pas plus de 2 personnes.
  • Le gouvernement s’obstine avec l’anneau de glace dont personne ne veut.
  • 40% de coupe au Secrétariat à la condition féminine du Québec (11M$ à 7M$). La machine pleure, les femmes n’y verront aucun changement. Il reste 7M$ de trop de gaspillés. D’ailleurs, le gaspillage affecte autant les femmes que les hommes. En plus, on va leur verser 2M$ de plus pour « réaliser un plan d’action sur l’égalité entre les femmes et les hommes ».
  • Pour respecter les faibles augmentations de dépenses, puisqu’on ne coupe pas dans la taille de l’État, il faut geler les salaires. Les syndicats vont pleurer, mais la population sait qu’elle s’appauvrit en surpayant les employés de l’État.
  • Les Universités auront à faire des choix dans leurs programmes. Plusieurs parlaient déjà de couper certains programmes de sciences molles. Une bonne nouvelle puisque ces programmes se répètent d’une université à l’autre malgré un besoin limité pour la société.

En terminant, les jokes de la journée:

  1. « classique des gouvernements néolibéraux qui se succèdent au pouvoir au Québec.  »
  2. Le PQ bien sûr qui, après 7 années à le reporter, voulaient encore qu’on repousse le « déficit 0  » . Je laisse la citation et la réplique à David d’Antagoniste.
  3. La médaille Québec gold revient cependant à Josée Legault pour l’ensemble de son texte.

La promesse brisée de l’augmentation de taxes égale à l’inflation.

Depuis de nombreuses années, le maire Labeaume promet que ses taxes n’augmenteront pas plus que l’inflation et depuis des années, c’est faux.

Que ce soit par un faux calcul de l’inflation ou un calcul malhonnête de la hausse moyenne de taxe, la promesse est brisée année après année. C’est arrivé 4 des 6 dernières années en fait.
Augmentations taxes ville de Québec
L’an dernier, la hausse était même 3,7 fois l’inflation. Cette année, ce sera 1,6 fois l’inflation. Bien sûr, dans certaines anciennes villes, c’est encore bien pire. L’an dernier, les citoyens de Vanier ont même dû subir une hausse représentant 6,7 fois l’inflation. Et c’est sans parler des commerces qui n’ont JAMAIS payé moins ou égal à l’inflation.

Inflation: source

Méthode de calcul pour la moyenne ajustée: Chaque ancienne ville n’a pas le même nombre de citoyens. Donc j’ai simplement calculé la proportion (en %) que ce nombre représentait, multiplié celui-ci par le taux d’inflation dans cette ancienne ville, additionné les résultats de chaque ancienne ville et divisé le résultat par 100. J’ai utilisé les chiffres les plus à jour disponibles pour ce qui est de la population des anciennes villes. Ça donne une assez bonne idée des proportions je crois. Mon chiffre de l’an dernier est d’ailleurs très semblable à celui du Soleil et François Bourque.

D’autres chiffres à méditer…

Voici certains montants que les Québécois, étouffés financièrement, ont cumulé en factures impayées.

Et voici le meilleur:

  • Hydro-Québec: 522 millions! En forte augmentation!!!
    Pourtant, ça n’empêchera pas de demander une nouvelle hausse des tarifs de 7,6%. Et une fois qu’on se rend compte que beaucoup de gens n’ont plus les moyens de payer leurs factures et que le mot d’ordre au gouvernement est de couper dans le gras (que certains disent inexistant), qu’est-ce qu’on fait?On ne cesse certainement pas le gaspillage dans l’énergie éolienne! Bien sûr que non! Le PM Couillard les défend même en disant qu’elles ont le dos large. Rappel: Elles sont responsables d’au moins 28% de la hausse demandée (selon l’industrie éolienne). D’ailleurs, parlant de cette pseudo industrie totalement artificielle, même les retombés (ne couvrant qu’une parcelle de la dépense) qu’on nous a vendu n’existent pas.

    En plus, on ajoute des bornes de recharge pour les voitures électriques que les Québécois n’achètent pas. Chacune coûterait 10 920$. Il n’y en a pas de problème!

  • Et finalement Revenu Québec: 4,3 MILLIARDS de créances. 560 602 dossiers différents. Ça coûterait 69,8 millions pour TENTER de faire du recouvrement.Mais est-ce vraiment surprenant que la première facture que les contribuables québécois sont incapables de payer, c’est celle de l’ogre gouvernemental? Celui qui impose le plus le citoyen gagnant 50 000$ par année en Amérique du Nord?

Contribuable torduDes chiffres continuent de me trotter dans la tête ces jours-ci. Ils m’obsèdent en fait.

Selon Charles Sirois, il ne reste que 17 500$ à un citoyen gagnant 50 000$ une fois que les différents palliers de gouvernements ont terminé de se servir. Par exemple, en dehors de l’imposition normale, le RQAP, l’Assurance emploi, la RRQ et la taxe santé, c’est plus de 3500$ qui s’ajoutent à la facture.

Il n’est donc pas très étonnant que les Québécois aient beaucoup moins d’argent pour aller voir des spectacles (entre autres)! 50 millions de moins ont été dépensés à cet effet en 2013!!!

Les gens n’ont plus d’argent, mais les gouvernements en ont toujours! Ainsi, celui qui « pense au payeur de taxe » promet qu’il maintiendra les millions de dépenses en culture par la ville de Québec.

La même journée, Philippe Couillard annonce fièrement 110 millions dans le fourre-tout de la « culture numérique » ou la « numérisation de la culture ».

Conclusion: L’austérité, c’est le quotidien des Québécois depuis un certains temps. Mais pas pour son gouvernement qui ne fait qu’en parler alors qu’il ne fait qu’augmenter les taxes, impôts et tarifs divers pour continuer de se nourrir. Le gouvernement n’est pas à bout de vos cennes. Vous, oui.

Quelques chiffres à méditer…

Le 1% au Québec: 178 000$
Le 1% à Montréal: 210 500$
Le 1% à Québec: 177 700$

Le 1% à NY: 511 000$
Le 1% au Mass: 499 000$
Le 1% au Maine: 322 000$
Le 1% en Caroline du Nord: 338 000$
Le 1% en Floride: 367 000$
Le 1% au Texas: 391 000$
Le 1% en Californie: 433 000$

Ceci dit, voici maintenant le prix médian des maisons vendues dans ces villes et États (entre parenthèses, le prix médian des endroits dans ces États où les maisons se vendent le plus cher):

Ville de Québec: 233 000$
Montréal: 375 000$
NY: 329 900$ (975 000$)
Mass: 319 900$ (700 000$)
Maine: 199 900$ (250 000$)
Caroline du Nord: 189 500$ (300 000$)
Floride: 179 000$ (450 000$)
Texas: 176 000$ (550 000$)
Californie: 299 000$ (1,2M$)

Faites les conclusions que vous voulez…

Nouvelles séries à surveiller cet automne (2014).

Ce soir, c’est les Emmys et nos médias vont nous en parler un peu parce qu’ils commencent à ne plus avoir le choix, mais dans l’hypocrisie des cotes d’écoutes de télé au Québec, personne n’écoute les shows de télé américaine même si tout le monde les connaît ainsi que leurs personages et leurs histoires.

Tout ce que j’ai vu récemment dans nos médias, c’est des textes pour me faire dire que la dernière saison de Breaking Bad ou Dexter va jouer à je ne sais quel poste en français… Wow! Je sais que ça sert pour plusieurs, mais y’a aussi beaucoup de gens qui regardent les séries en version originale au moment où elles passent (ou du moins, pas un an après que la série soit terminée).

Voici donc ce que j’estime être à surveiller cet automne pour les nouveaux shows:

Hâte de voir:

Gotham (Lundi 22 septembre 20h FOX)

State of affairs (Lundi 17 novembre 22h NBC)

The Flash (Mardi 7 octobre 20h CW)

Stalker (Mercredi 1er octobre 22h CBS)

Foo Fighters Sonic Highways (Vendredi 17 octobre 22h HBO)

On verra:

Scorpion (Lundi 22 septembre 21h CBS)

Forever (Lundi 22 septembre 22h ABC)

How to get away with murder (Jeudi 25 septembre 22h ABC)

A to Z (Jeudi 2 octobre 21h30 NBC)

Constantine (Vendredi 24 octobre 22h NBC)

Pas intéressé, mais risque de marcher:

Red Band Society (Mercredi 17 septembre 21h  FOX)

Manhattan Love Story (Mardi 30 septembre 20h30 ABC) —>Show de filles!

Je vais bien sûr aussi continuer à regarder The Newsroom (3e et dernière saison Novembre, HBO), Person of Interest (4e saison Mardi 22h, 23 septembre, CBS), The Blacklist (2e saison Lundi 22h, 22 septembre, NBC), Big Bang Theory (8e saison Lundi 20h, 22 septembre, CBS), Arrow (3e saison Mercredi 20h, 8 octobre, CW) et Grimm (4e saison Vendredi 21h, 24 octobre, NBC).

En passant, j’ai essayé True Detective et même si les acteurs sont très bons, je dois avouer que je m’ennuyais à mort! Depuis, j’ai commencé à regarder The Strain qui n’a pas terminé de jouer et je suis jusqu’à maintenant ravis.

Projets futurs: Sons of Anarchy et The Walking Dead.

En terminant, voici en gros le box office nord-américain de cet été (j’arrondis un peu les chiffres):
Lego Movie: 258M$
Gardians of the galaxy: 251M$ (en 3 semaines)
Transformers 3: 244M$
Maleficient: 236M$
X-Men: Days of future past: 233M$
Dawn of the planet of the Apes: 204M$
The Amazing Spiderman 2: 203M$
Godzilla 2014: 201M$
22 Jump Street: 190M$
How To Train Your Dragon 2: 172M$
TMNT: 146M$ (en 3 semaines)

Est-ce que le vrai Ministre Daoust peut s’identifier?

Jacques Daoust

«Si on faisait en sorte de créer un environnement fiscal attrayant pour toutes les entreprises, est-ce qu’on n’en attirerait pas plus qu’en choisissant nous-mêmes les secteurs à privilégier?» -Jacques Daoust, La Presse, 12 juillet 2014.

 

Le ministre de l’Économie affirme que le Québec est capable de séduire des investisseurs privés, « dans les créneaux qui sont les nôtres », pour créer des emplois dans ce qu’il appelle « les commandes courtes à valeur ajoutée ». […] « Ce sont des emplois de qualité, pas au salaire minimum », a rappelé Jacques Daoust. « Je veux aller dans cette direction-là, commencer à parler de la qualité des emplois. » -Jacques Daoust, Argent, 19 août 2014.

L’État assoiffé de taxes.

Taxes

Alors que le Québec est déjà la province où les citoyens sont les plus écrasés sous le poids des taxes ainsi que la plus endettée. Pourtant, l’État a encore soif! Voici ce qu’on a su cet été:

 

  • Essence: Hausse minimale de 1,9¢ du litre d’essence à partir de janvier. Ça pourrait être plus élevé et ça représente minimum 20 à 40$ de plus par année selon votre char et si vous roulez peu (15 000 km).Oubliez les histoires vertes, ce n’est qu’une taxe et rien d’autre pour un gouvernement qui cherche des revenus. La Colombie-Britannique a imposé des taxes vertes, mais a coupé ses autres taxes pour ne pas nuire à l’économie. Le résultat?

    The result is that taxpayers are coming out ahead. B.C. now has the lowest personal income tax rate in Canada (with additional cuts benefiting low-income and rural residents) and one of the lowest corporate rates in North America. You shouldn’t need an economist and a mining entrepreneur to tell you that’s good for business and jobs. […] Since the tax came in, fuel use in B.C. has dropped by 16 per cent; in the rest of Canada, it’s risen by 3 per cent (counting all fuels covered by the tax).

     

  • Taxe scolaire: Les nouvelles commencent à rentrer. Certains vont bien s’en tirer, mais d’autres vont avoir une hausse comme celle des Première-Seigneuries à Québec. Un beau 47$ pour une petite maison très ordinaire.

 

  • Amendes: Au même moment, on a quand même appris que Montréal est la capitale canadienne des amendes. Les grandes villes canadiennes donnent entre 28$ et 64$ d’amendes à ses citoyens. À Montréal, c’est 108$! 140M$ sont amassés à Toronto en amendes. À Montréal, on vise le 200M$ et on s’en approche chaque année! Il y a pourtant 1 million de citoyens de plus à Toronto!

 

 

  • Quotas: Doit-on alors s’étonner des preuves de quotas de contraventions?

Oublions les amendes et contraventions, les simples hausses annoncées peuvent facilement représenter 150$ de plus pour une famille bien ordinaire. Bonne chance pour trouver l’argent puisque les hausses salariales seront les plus faibles au Québec.

Donc où allez vous couper ce 150$?

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.