L’immigration.

C’est là un sujet très important. J’ai commencé à le dire cette semaine, c’est selon moi la 2e priorité après l’éducation. (il est vrai cependant que dans les 2 cas, c’est pour des raisons économiques. L’économie est toujours présente partout. Coûts, profits, rentabilité.)

Voici d’abord quelques chiffres:
-> Le Québec recevait un maximum de 45 000 immigrants/année jusqu’à l’an dernier. Le seuil va augmenter à 55 000 d’ici 2010.

-> Je dis bien maximum parce que le Québec a reçu en moyenne un peu plus de 33 000 immigrants par année entre 1993 et 2002.

-> Un nouveau rapport du Conference Board du Canada indique que le nombre d’immigrants accueillis au pays devra augmenter de 250 000 à 360 000 au pays afin d’assurer la croissance économique canadienne.

-> Le Québec devrait recevoir 25 630 immigrants de plus par année si on se fiait au poids démographique (23,3%) de la province ou 22 220 si on se fiait au poids du PIB (20,2%).

-> Entre 1987 et 2007, le Québec a subit une perte nette de 197 000 citoyens qui sont partis vers les autres provinces.

-> 28% des immigrants qui arrivent au Québec quittent dans les 5 ans, 40% dans les 10 ans.

Alors on veut maintenant imposer la signature d’un contrat aux immigrants. Leur compliquer la vie afin de venir ici. C’est intelligent? Ce que les immigrants veulent en arrivant ici, c’est une job. Et c’est la meilleure façon de les intégrer.

Alors leur imposer un apprentissage de la langue avant tout le reste ne risque que de les rebuter. Ils auront amplement le temps de l’apprendre arrivé ici. Au moins une des 2 selon moi pour la première génération. Mais c’est les jobs le plus important!!! C’est pas une question de langue puisque même les immigrants francophones sacrent leur camps et ils ne viennent pas plus s’installer au Québec que dans les autres provinces à la base.

Alors il aurait fallu y penser à 2 fois avant que Yolande James nous sorte ses histoires à la sauce péquiste inspirées d’Hérouxville!

Publicités

Publié le octobre 30, 2008, dans Politique. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. «Ce que les immigrants veulent en arrivant ici, c’est une job. Et c’est la meilleure façon de les intégrer…»

    C’est la politique libérale de la ministre Yolanda James of Concordia. C’est pour ça qu’elle a un programme d’intégration de 12 millions qui fournit des cours d’anglo-américains à tous les immigrants, francophones inclus, qui en font la demande.
    Ce qui revient à… L’anglo-américain est la langue obligatoire au Québec. Le français est la langue morale. Cela pour une société qui compte 82% de francophones et seulement 8% d’anglophones ayant droit.
    Faites-votre choix…
    sp

  2. Y’a certains termes qu’il faut savoir reconnaître pour sentir la haine de quelqu’un envers quelque chose. C’est parfois fait de façon hypocrite. « Anglo-américain » est un exemple. Ça laisse sentir une haine de l’anglais et des Américains. Un beau 2 dans 1.

    Mais il est où le problème que les immigrants apprennent bien l’anglais? Tous les Québécois ont accès à des cours dès leur jeune âge pour l’apprendre! Et celà à l’école publique. (la qualité varie énormément et est généralement merdique, mais c’est un autre débat) Pourquoi on discriminerait contre les immigrants?

    Faudrait aussi que la gaugauche séparatiste soit honnête quand elle utilise ses statistiques. C’est bien elle qui pleurait que le français étaient maintenant minoritaire (comme langue maternelle) sur l’île de Montréal (comme ce sera le cas d’ici 10 ans pour l’anglais à Toronto). Et c’est là que la majorité des immigrants arrivent.

    Il est donc normal qu’ils demandent des cours d’anglais. En fait, la raison que cette réglementation a été changée, c’est que les immigrants arrivaient ici, se faisaient dire que le français suffisait, l’apprenaient (où pour ceux francophones, aucun effort n’était demandé) et essayaient ensuite de se trouver un emploi. Pour se rendre alors compte qu’ils s’étaient fait fourrer et qu’on leur demandait l’anglais partout.

    On vise en plus à amener le plus possible d’immigrants bien formés. C’est d’ailleurs pourquoi il faudrait arrêter de se limiter aux pays francophones dans notre recrutement. On se coupe des choix et des opportunités en plus de créer des problèmes sociaux avec une immigration trop homogène.

    Et si on veut des étudiants formés, ce sera assurément dans des milieux où l’anglais n’est pas qu’un plus, mais requis.

    Mon choix est fait là-dessus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :