Je me confesse, j’aime la lutte. 1ère partie.

Eh oui! Je ne sais pas pourquoi c’est tabou au Québec, mais je l’avoue sans peur, j’aime la lutte! Depuis que je suis tout jeune, depuis le temps où j’avais peur pour Hulk Hogan après qu’il se soit fait écraser par un gros gars du nom de King Kong Bundy. Mais toujours, il se relevait et battait le méchant.

Ça c’était le temps. Depuis, la lutte a beaucoup évolué, mais dans le traitement médiatique, on ne dirait pas. Aux États-Unis, les John Cena, Mick Foley, HHH et autres sont des invités prisés des émissions de radio comme Opie and Anthony et Howard Stern. Ça donne des entrevues très intéressantes habituellement. Mais ici, quand on parle à un lutteur, on sort toujours seulement Jacques Rougeau et on demande si la lutte, c’est vrai.

C’est pourquoi c’est encore tabou selon moi. Petit scoop, demain, dans le DooM Show, je recevrai Tony Gatillo, lutteur professionnel qui est même allé jusqu’à la WWE un moment dans sa carrière. On va jaser de lutte autrement.

Mais avant, j’ai le goût de vous présenter le premier tome d’une trilogie sur la lutte. Dans ce tome, je vous parlerai des promoteurs, des génis derrière les rideaux de la lutte, ceux qui nous ont donné un bon show dans les dernière années. Il est à noter que je le fais en tant que fan et selon mes connaissances.

The grand daddy of them all: Vince McMahon

Vince, c’est celui à qui il faut donner le géni de nous donner un bon show, mais aussi le géni en tant que buisinessman. Il a prit la petite compagnie régionale de son père et en a fait une grande compagnie internationale et est devenu milliardaire.

Le show est tellement supérieur dans ses moyens, mais aussi dans le développement de ses talents qu’il est difficile de le compétitionner. La TNA essait présentement de faire face à la WWE, mais c’est apparent que même avec des talents majeurs de lutte, le show continue d’avoir l’air cheap (même en HD) et on ne semble pas être capable de développer les personnages.

Vince a eu le don au cours des années de devenir lui même un personnage et, malgré son âge, de mettre sa propre santé physique en jeu (coups de chaise, blade job, se faire passer à travers une table, etc.) . D’ailleurs, son fils, Shane, que vous voyez sur la photo plus haut, a aussi suivit dans cette lignée de manière encore plus impressionnante.

C’est ce qui démarque les McMahon en commençant par Vince. La passion, mais surtout le fait qu’ils sont totalement dédiés à leur compagnie.

Le génie créatif de la lutte moderne et extrême: Paul Heyman

Heyman, alias Paul E. Dangerously, est celui qui a fait avancer la lutte avec des moyens et des talents souvent ordinaires autour de lui. Mais il savait exploiter (et le terme est bon) au maximum toutes les cartes qu’il avait entre les mains. La ECW… Non, la EC fuckin W, était presque une secte pour les fans et une façons de vivre pour les lutteurs. Si on quittait la ECW pour la WWE ou la WCW, on avait vendu son âme.

La ECW, c’était la passion, blood, sweat and tears. Des lutteurs qui ont tout donné pour les fans qui n’étaient malheureusement pas très nombreux. Mais la ECW, c’est devenu une légende. C’est le petit qui a envahi le monde des grands. Dans les grands moments de la ECW, on voyait de leurs fans dans les foules de la WWE et de la WCW. Un coup un peu plus hardcore amenait des cris E-C-W, E-C-W dans la foule. Violence, gros mots, tout était permis. On poussait le monde de la lutte plus loin, les lutteurs aussi, jusqu’à un point où ça devenait sincèrement dangereux pour eux. Pas pour leur vie, mais pour leur santé.

Cependant, Heyman était aussi un génie pour faire des « promo ». Des speech passionnés qui attiraient l’attention de tous. La ECW a éventuellement été avalée par la WWE, ce n’est aujourd’hui plus l’ombre d’elle-même, mais pour quelques soirs, elle a eu la chance de revivre il y a pas si longtemps. Et Heyman était là. Un PPV nommé « One night stand ». Voici comment Heyman pouvait être bon…

The one hit wonder: Eric Bischoff

Eric Bischoff, c’est celui qui a géré la WCW dans ses grands moments. Comme McMahon et Heyman, le gars est devenu un personnage du show. En gros, la WCW a dépensé la fortune de Ted Turner pour se payer les plus grosses vedettes de la WWF (et dans une moindre importance, celles de la ECW) et Bischoff a continué dans cette lignée. Hulk Hogan, Macho Man Randy Savage, Hacksaw Jim Duggan, Mr. Perfect (Curt Hennig), Lex Luger, Diesel (Kevin Nash), Razor Ramon (Scott Hall) et même Bret Hart à la fin. (Chris Benoit, Eddie Guerrero, Dean Malenko et Rey Mysterio venaient de la ECW).

Ça ne levait pas tant que ça jusqu’au jour où Hall et Nash ont changé de ligue en même temps et sont arrivés comme des Outsiders. Ils ont ensuite formé la NWO. Une des grandes idées de l’histoire de la lutte. Si grande qu’elle a mis la WWE à genoux. Monday Nitro a battu Monday Night Raw pendant 84 semaines dans les cotes d’écoute. Mais la WCW, c’était broche à foin, géré nimporte comment. La grande différence avec la WWE avec les McMahon. C’est donc ce qui a fait que la WCW/NWO a monté très haut, mais a aussi crashé jusqu’à son rachat par Vince McMahon. Tout de même, ça a été le meilleur moment de l’histoire de la lutte. Les 2 produits se dépassaient, rivalisaient de créativité. Et la NWO aura été le one hit wonder de Bischoff (qui aura tout de même développé des vedettes comme Jericho, Mysterio, Guerrero, Benoit pour les amener plus loin que la ECW), mais quel one hit wonder! Voici le moment marquant du début de cette grande histoire.

Suite la semaine prochaine…

Publicités

Publié le novembre 6, 2008, dans Entertainment, Sports. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :