Le mensonge de l’équité salariale #2.

Vous savez maintenant tout ce qu’a créé comme réaction l’énoncé économique de Jim Flaherty il y a quelques semaines. Beaucoup de ces réactions, syndicales, étaient mensongères. Faut pas vraiment s’en étonner. La coalition illégitime a souvent répété ces mensonges, comme le fait que les Conservateurs n’intervenaient pas dans l’économie. Pourtant, plus le temps avance, plus les milliards pleuvent et ce n’est aucunement à cause de la coalition. Comme pour le plan de sauvetage de l’automobile, on attend de voir comment ça va se faire ailleurs avant. Parce que par lui seul, le Canada n’a pas de poids.

Mais là n’est pas la question de ce billet. Un des mensonges qui a été répété par les syndicats est aussi venu des groupes de femmes, soit que les Conservateurs reculaient ou étaient carrément contre l’équité salariale. Bien expliqué, ça aurait été bien que ce soit vrai, mais c’était faux. Ce que les conservateurs ont proposé, c’est de partager le fardeau (des milliards) du règlement de l’équité salariale avec les syndicats.

flaherty_picture1Flaherty a décidé de ne pas répéter l’erreur du Québec et de faire assumer à la population le prix de ce mensonge qu’est l’équité salariale. La logique (tordue, mais amenée par le mensonge de sexisme des salaires) est simple: S’il y eu discrimination envers les femmes, les hommes ont été avantagés au courant de toutes ces années. Alors le juste retour du balancier veut que les hommes paient le prix des augmentations injustes qu’ils ont eu avec le temps sur le dos des femmes. Le gouvernement n’aurait jamais donné de si bonnes augmentations aux hommes si les femmes avaient été payées « de manière juste ».

Alors ce que voulaient les Conservateurs, c’est négocier. Ils pouvaient donner des hausses de 2% par année, ce qui est bien plus que l’inflation en temps de récession (mais les syndicats ont tout de même chialé), mais si les syndicats voulaient l’équité salariale, ils avaient à donner plus, sinon la totalité de cette augmentation aux postes occupés en majorité par des femmes.

Mais les syndicats veulent le beurre et l’argent du beurre. Tout doit être à la hausse. Le salaire des hommes et encore plus le salaire des femmes. Et qui va payer? Le citoyen canadien voyons!

On se rend donc compte que l’équité salariale est une autre mesure syndicaliste mensongère qui remplit les poches de certains en vidant encore plus celles de la majorité. Désolé pour les femmes, mais il n’y a aucune morale féministe là-dedans, ce n’est rien d’autre qu’un écran de fumée pour cacher des visées gauchistes. C’est comme pour la question environnementale. Et à bien y penser, c’est pas mal ça pour les CPE aussi.

Update: L’ADQ comme le PQ ont salué la pratique stupide et sexiste de nommer autant de ministes hommes que femmes dans le nouveau cabinet de Jean Charest alors qu’il a fait élire 2 fois plus d’hommes (44 hommes contre 22 femmes). Est-ce que ça veut dire que les Libéraux choisissent plus de pions masculins, que les femmes sont supérieures aux hommes ou que les Libéraux se foutent de la compétence de qui ils nomment comme ministres? Aux USA, Obama n’est pas en train de faire la même erreur et heureusement, les Américains ne le demandent pas. L’ADQ vient encore d’en échapper une.

Publié le décembre 18, 2008, dans Économie, Féministes, Politique, Société. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :