Le débat sur l’avortement? Quel débat?

Parlant des habitudes de nos journalistes, pourquoi ne pas faire un travail bâclé, faire peur aux gens et frapper sur les Conservateurs? Quoi? On peut faire les 3 en même temps?

Dans son article de la Presse canadienne, Chinta Puxley prétend que les Conservateurs veulent réouvrir le débat sur l’avortement. Quel débat en fait? Il y en a plusieurs. Sur le nombre qui se font chaque année entre autres. Un débat qu’on a jamais sur la place publique. On l’étouffe. Un député a essayé de soulever un autre débat qu’on a jamais, surtout parce que les Canadiens sont gardés dans l’ignorance. 

Dans son article repris du Globe and Mail, la journaliste sous-entend bien sûr le débat sur le droit à l’avortement. On peut ainsi donner la parole à une porte parole, Joyce Arthur, d’un groupe contre pour le droit à l’avortement et ouvertement contre les Conservateurs, qui prétend que « la majorité du caucus conservateur est « ouvertement antichoix ». Mais le problème, c’est que personne chez les Conservateurs n’a parlé de réouvrir ce débat-là. On attribue cette idée au député de Winnipeg-Sud, Rod Bruinooge, mais il a pourtant affirmé le contraire!

naissance2th4Quel est donc le débat que monsieur Bruinooge veut soulever? Celui sur les avortements tardifs au Canada. Il est possible de se faire avorter au pays jusqu’à 24 semaines et ensuite de la faire à l’extérieur. C’est presque 6 mois ça!!! Et c’est pleinement légal jusqu’au jour avant la naissance. L’émission Enquête de SRC s’est penchée sur ce sujet il y a moins d’un an. Techniquement, un médecin dit que c’est possible de faire un avortement jusqu’à 36 semaines (une grossesse, c’est environ 38, mais beaucoup accouchent à 36 semaines et même avant).

Selon le député, les Canadiens ne sont pas au courant du fait que la décision de la cour suprême en 1988 a laissé la porte ouverte à des avortement aussi tardifs. Il dit qu’il y a plus de lois restreignant le don d’organe que l’avortement et ça ne lui semble pas moralement acceptable.

Bien sûr, pour les Joyce Arthur de ce monde, les Canadiens ne veulent pas revenir sur aucun débat touchant l’avortement et sont satisfaits du statu quo. Il est donc important de garder ça ainsi, de faire peur aux Canadiens en mentant sur quel débat est en cause et en gardant les gens dans l’ignorance.

Le Canada: terre où la liberté d’expression règne et tous les débats sont permis… Yeah right!

Edit: Ah! Oui! J’oubliais! Le mensonge de l’article (si on considère que l’article en entier n’est que trompeur et pas un long mensonge):

Lors d’un récent congrès du parti à Winnipeg, certains délégués conservateurs ont voté en faveur de la résurrection d’une proposition visant à instaurer un chef d’accusation criminel spécifique qui pourrait être porté contre un suspect qui tue ou blesse un foetus au cours d’un crime commis à l’encontre d’une femme enceinte.

Le projet de loi a été mis au rancart lorsque les élections fédérales ont été déclenchées.

Le projet de loi est mort au feuilleton comme tous les autres lors du déclenchement de l’élection, mais il faisait partie du programme électoral des Conservateurs. Ce n’était donc pas que « certains délégués ». Et cette loi ne remet aucunement en question le droit à l’avortement, malgré les prétentions les groupes anti-conservateurs et de l’opposition.

Publié le décembre 29, 2008, dans Loi et ordre, Médias, Politique, Société. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :