Le Budget Flaherty.

Comment résumer ce budget? Y’a 2 images que j’aime bien. Celle où le Stephen Harper, devenu junkie du pouvoir, se paye son buzz quotidien aux frais des contribuables.

Mais surtout, une image lancée par Chantal Hébert: Le PM Harper s’est retrouvé devant une série de boutons pour régler la crise. Il a décidé de tous les enfoncer pour voir ce qui arriverait.

Les Conservateurs se sont pliés à l’agenda socialiste des partis d’opposition pour essayer de garder le pouvoir, pour donner l’impression que les gouvernements font quelque chose pour la crise et le pire c’est que les plus gauchistes en demandent plus. Toujours plus. Il faudrait même aider des secteurs moribonds qui en arrachaient avant la crise financière et continueront à en arracher après la crise.

On a eu droit à pas mal de conneries de la part de Gilles Duceppe dans les derniers jours et le pire, c’est que nos journalistes, tel des oisillons se faisant gaver par leur mère, gobent tout. Ce ne sont même pas des master of none, ce sont des know nothing agissant comme des know it all. Imaginez! Gilles Duceppe prétend que même s’il y a un déficit de 34 milliards au fédéral, il y a toujours un déséquilibre et le fédéral reçoit trop d’argent pour ses besoins. Déjà que si c’était le cas, cet argent reviendrait aux Canadiens et non aux gouvernements provinciaux. Solution que les socialistes du Bloc refusent.

Il ose même ramener les coupures de 45 millions en culture quand 160 nouveaux sont annoncés. Aucune gêne puisque personne ne questionne ses dires. C’est interdit de questionner le Bloc et ses prétentions. On l’a bien vu à la dernière campagne.

Mais la spin qui semble se décider depuis toute l’histoire de la coalition, c’est qu’Harper laisse tomber le Québec, n’aime plus le Québec, se fou du Québec, etc. Pourtant, rien ne le prouve. Mais au pays des journalistes québécois, le Québec doit toujours recevoir plus que tous les autres. Que la crise soit surtout ressentie en Ontario n’y change rien. Que 66 000 emplois sur 71 000 s’y perdent ne change rien. L’Ontario ne doit pas recevoir plus que le Québec, sinon c’est de la discrimination envers le Québec.

Ah mais la péréquation sera moins généreuse pour le Québec dans les prochaines années… De l’argent qui ne nous revient pas à la base. Un bonus. Un cadeau. Mais comme l’enfant ingras à Noël, nos politiciens ne sont pas contents et demandent plus. D’ailleurs, la ministre Jérome-Forget avait beaucoup de bien à dire sur le budget fédéral, mais avant même qu’elle parle, nos journalistes avaient décidé qu’elle ne serait pas contente. Alors c’est ce qu’on écrit ce matin en ayant censuré tout ce qu’elle a dit de positif dans sa réaction.

Et les baisses d’impôts? Une mauvaise idée! Seulement pour les « riches ». La réalité, c’est que le Québec est pauvre et le salaire moyen est bas. Alors quand on aide la classe moyenne des autres province, nos pseudo élites pensent qu’on aide les « riches ».

Publié le janvier 28, 2009, dans Économie, Médias, Politique. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :