La pensée unique syndicale de ruefrontenac.

logo

Depuis le début du conflit au JdeM, les journalistes en lock out/grève ont été capables de nous prouver plusieurs choses.

1) Ils ne savent pas monter un site web comme du monde. Encore moins un site web qui aurait l’air professionnel.ist2_2877602-sleeping-retro-journalist

2) Leur travail journalistique, alors qu’il devrait être rehaussé, est insignifiant. Je le lis chaque matin et ça a pris une semaine avant qu’une de leurs nouvelles m’accroche le moindrement. C’est pourtant le temps pour eux de démontrer leur valeur. Je vais donner aux journalistes du JdeQ qu’ils avaient été capable de le faire lors de leur propre conflit. Ils avaient aussi produit un site web de qualité. Dommage qu’on ne s’en rende plus compte aujourd’hui que le conflit est terminé.

3) Étant donné les 2 premiers points, ils prouvent que le JdeM n’a aucunement besoin d’eux et peut être d’aussi bonne qualité à court terme sans leur présence. À long terme, c’est sûr que des journalistes d’enquête vont manquer, dommage que le JdeM ne puisse engager quelques pigistes grâce à nos lois dépassées. Pour se débarasser de sa bande d’incompétents (exluant de rares exceptions comme un Fabrice De Pierrebourg qui n’aurait aucune difficulté à gagner sa vie comme pigiste et qui est capable de justifier son travail sans syndicat), le JdeM aurait à fermer et à se relancer sous un autre nom. Et même là, ça irait devant les tribunaux. 

4) La seule chose pourquoi les syndiqués semblent habiles, c’est bitcher ceux qui ne le sont pas. Les choniqueurs qui doivent tout sacrifier en leur nom. Eux c’est pas grave qu’ils perdent un revenu à jamais. C’est pour la cause. Une autre bande de sectaires. On en viendrait à croire que c’est seulement ce qu’on a au Québec.

Voici le genre de bitchage dont je parle. Vous remarquerez que ce n’est pas signé. Quelqu’un est trop chieux pour apposer son nom à ce texte. Il faut considérer que tous les syndiqués l’approuvent? J’ai répondu à ce texte et je vous publie la réponse, parce que je doute qu’il le sera sur le site de ruefrontenac. J’en viens même à défendre le curé Raymond Gravel, un homme avec qui j’ai pas énormément d’affinités idéologiques (pas un mauvais monsieur cependant pour l’avoir rencontré il y a 2 ans). Pour faciliter, je vais retranscrire des parties de textes de leur chronique et ensuite ma rép0nse.

richardSe faisant le porte-voix de notes et d’articles de journaux affichés depuis quelques mois au babillard de la salle de rédaction du Journal de Montréal, Richard Martineau a annoncé cette semaine la mort imminente des quotidiens en version papier. Citant les nombreuses coupes d’emplois dans des quotidiens américains et omettant de dire que ces publications avaient des effectifs pléthoriques de 1000 ou 2000 journalistes, le franc-tireur en rajoute en soutenant que n’importe quel quidam pourra bientôt faire le travail d’un journaliste professionnel et alimenter en informations les médias. N’en déplaise à ce nouvel « expert en médias de masse », on peut se demander si le citoyen de l’avenir aura le temps et les moyens de sortir le scandale des commandites, d’éplucher les nombreux comptes de dépenses de l’ex-lieutenant-gouverneur du Québec Lise Thibault ou de prendre le risque d’aller se faire tuer en Afghanistan. Soyons bon prince, cependant. Nous prédisons que dans un avenir immédiat, des blogueurs à la plume vitriolée pourront prendre la place de chroniqueurs essoufflés par un long conflit de travail.

Réponse: Des journalistes d’enquête, ça peut être pigiste pour faire une enquête profonde. Des magazines sérieux comme le Times, The Economist et autres le font. L’Actualité le fait au Québec avec une certaine qualité. Pour ce qui est du reste de la job, ne vous en faites pas croire, nimporte quel quidam peut en effet faire ça. Surtout que depuis le début du conflit, y’a pas grand monde à qui vous manquez et il ne faudrait pas que les internautes aient à payer pour le produit que vous livrez chaque jour.

avionLe Journal a appris que ça coûtait cher de prévoir un reportage à la dernière minute. Il en a coûté 975 euros la nuitée (soit environ 1555$) pour loger l’envoyé spécial qui a assisté au Championnat du monde de ski alpin de Val-d’Isère. Pour donner une idée de l’ampleur de cette somme, ce tarif journalier aurait pu servir à payer le salaire de deux jeunes journalistes pendant une semaine.

Réponse: Rappelez à vos boss lorsque vous serez revenus au travail de couper dans les voyages.

Pauvre monsieur le curé!
C’est par pure charité chrétienne et par solidarité que Raymond Gravel a décidé de ne plus chroniquer dans Le Journal de Montréal pendant que 253 employés sont dans la rue. Du moins, c’était ce nous croyions. Dans un ultime écrit larmoyant, l’ancien député du Bloc québécois affirme que ce sont les viles pressions militantes qui ont eu raison de lui. « Après consultations et réflexions, j’avais décidé de continuer à écrire, non pas contre les syndiqués en conflit, mais bien pour les lecteurs. Et comme je n’avais pris la place de personne, j’ai cru bien naïvement que je pouvais poursuivre ma contribution comme pigiste », affirme le prêtre dans une longue réflexion sur l’injustice d’avoir à choisir entre ses principes et les avantages financiers et personnels d’une chronique dans un quotidien. « Ma seule certitude, c’est que je suis victime d’un conflit qui ne m’appartient pas et pour lequel je ne peux rien faire, sinon me retirer », écrit encore le martyre de la rue Frontenac. Un peu plus et on le voyait sortir du 4545 avec sa croix.

Réponse: J’espère que vous vous cotiserez pour donner de l’argent au curé quand votre conflit sera terminé et qu’il ne retrouvera pas sa chronique. Ah! Mais il ne doit pas en avoir besoin, il ne mérite aucune pitié. Comme des syndiqués surpayés non? Quoi? L’argument est seulement bon d’un bord?

Je suis bien content d’avoir un journal et des chroniqueurs un peu moins esclaves de la pensée unique syndicale. Si c’était possible, j’aimerais que ça reste ainsi!  Nos bipolaires semblent nous prouver à quel point nous ne serions par servis par leur retour au journal. C’est un pouvoir l’information. Un de leurs collègues a déjà dit qu’une tribune, c’était une arme. Vous voulez laisser ces gens avec une arme dans les mains?

Publié le février 11, 2009, dans Internet, Médias, Société. Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. C pas de la grosse recherche ca
    Le contenu de rue frontenac est de loin supérieur à celui du JDM, plein de fautes, de redites et de pubs déguisées en contenu journalistique
    et le site ruefrontenac.com, à petit budget est pas mal mieux que : http://www.canoe.com/journaldemontreal/

    come on…

  2. 1) ruefrontenac, c’est une répétition des nouvelles qu’on a partout, pratiquement rien d’exclusif et quand c’est le cas, c’est des choses insignifiantes.

    2) Le JdeM a toujours été plein de fautes, d’articles en double et de publireportages pour les possession de Quebecor. Avec ou sans les Lockoutés/grévistes/scabs de ruefrontenac, ça ne change rien. Ceux qui faisaient ces erreurs-là avant font maintenant la leçon à leur boss… C’est drôlement ironique.

    3) C’est une excuse que le site soit à petit budget? Le budget sur un site, c’est pour les programmeurs. C’est tout. Le Mediamatin Québec avait un bon site, du bon contenu intéressant avec moins de monde que ruefrontenac. Le site est cheap, le contenu est cheap, on a donc affaire à des gens qui ne valent pas cher et qui sont facilement remplaçables.

    La seule chose intéressante sur ruefrontenac, c’est leur bitchage sur les boss (des choses qu’on devrait garder en archives pour leur resortir plus tard, pas pour rien que beaucoup de ce bitchage n’est pas signé) dans lequel leur jupon dépasse pas à peu près. Un beau jupon gauchiste, séparatiste, anglophobe, syndicaliste, etc.

  3. Par RueFrontenac.Com j’y ai su que le verbomoteur Marc Lachapelle n’était pas mort !🙂 je préfèrais le lire sur papier-journal que virtuellement parlant.
    By the way! il était moins plate! que le grasset [lire pas en shape] Stéphane Legrosroux à RDS/CKAC.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :