Un CATO canadien.

Aux États-Unis, le CATO institute s’est soulevé contre les plans de relance improvisés de l’administration de Barrack Obama. C’est un non sens économique et la population américaine a de moins en moins confiance en l’économie et en ses leaders politiques.

Pourtant, Obama prétend que seul le gouvernement peut sortir la population de la crise. Il faut dire qu’il prétend aussi que nous faisons face à la pire crise depuis la grande dépression, ce qui est FAUX! On en a connu même 2 pires dans les 40 dernières années. Alors comme les membres du CATO institute, je dis «  sauf le respect que je vous dois monsieur le Président, vous mentez! »

Au Canada et au Québec, nos gouvernements suivent la voie d’Obama en étant alarmants au sujet de la situation économique, en faisant peur aux gens, mais surtout en empirant la crise par leurs plans de relance. 12 économistes canadiens ont donc organisé un mouvement s’opposant à ces dépenses démesurées à coups de milliards de dollars. Du nombre, Nathalie Elgrably et Jean-Luc Migué que vous avez déjà pu entendre sur nos ondes par le passé. Michel Kelly Gagnon s’est aussi ajouté au mouvement.

Voici leur déclaration:

À titre d’économistes, nous aimerions avertir nos concitoyens de l’inefficacité d’un gonflement des dépenses publiques contre la récession en cours. Prétextant un faux consensus et pressés par des considérations politiques, les pouvoirs publics ignorent les conséquences à long terme de leurs interventions.

Les programmes de dépenses massives et d’alourdissement réglementaire mis de l’avant par les gouvernements canadien et québécois répondent essentiellement aux revendications d’intérêts organisés.

À la lumière de la théorie et de l’histoire économiques, nous estimons que ces mesures, au lieu de relancer l’économie, hypothéqueront les revenus des contribuables, rendront les producteurs encore plus dépendants de l’État, stimuleront le protectionnisme et prépareront des troubles encore pires dans l’avenir.

Si leurs véritables intentions étaient de favoriser la croissance économique, nos gouvernements choisiraient plutôt d’aplanir les obstacles à l’investissement, au travail et à la production, notamment en réduisant le fardeau fiscal et réglementaire des individus et des entreprises.

Pourquoi est-ce pratiquement nul part dans les médias?!?

Publicités

Publié le février 12, 2009, dans Économie, Médias. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :