Le nettoyage politique.

voileJe reprends le titre ici d’un bon éditorial d’André Pratte de la fin de semaine dernière. Il écrit sur jusqu’à quel point les séparatistes veulent faire disparaître le Canada du Québec. Comme si les Québécois avaient voulu se séparer, ce qui n’est jamais arrivé. Mais les séparatistes, ces sectaires, se sont toujours imaginé qu’ils avaient raison et que les autres avaient tort. Donc peu importe la manière, ils cherchent toujours à imposer, par la force, la menace et l’intimidation s’il le faut, mais habituellement via les magouilles, les mensonges, les manipulations et les médias qui leur sont amicaux.

La tactique est habile. Il s’agit de décrire le Canada et le gouvernement fédéral comme quelque chose d’extérieur et d’hostile au Québec. Les interventions, la présence même du gouvernement du Canada au Québec seraient par conséquent non seulement néfastes, mais illégitimes. Le jour où une majorité de Québécois en seront convaincus – la répétition est redoutablement efficace -, l’indépendance sera à portée de référendum.

C’est comme pour le scandale des commandites. Pour les séparatistes, le scandale, c’était que le fédéral se fasse voir au Québec. Alors que le réel scandale, c’était des pots de vin avec l’argent des contribuables canadiens. De la même manière, comme le dit Pratte, on a traité la Commission des champs de bataille nationaux comme une force étrangère voulant s’imposer aux Québécois. Non seulement c’est démoniser le Canada, mais en plus, la commission est québécoise et engage seulement des Québécois.

En viendra-t-on à considérer comme étranger tout Québécois travaillant pour le gouvernement fédéral?

Alain Dubuc a abordé une autre de ces manipulations. Pauline Marois et les autres chef séparatistes nous disent depuis des années que le Québec devrait se séparer pour pouvoir siéger aux tables de concertations internationales. Le chroniqueur analyse à quelle table de concertation internationale serait assis le Québec. La réponse est: Aucune! Le Québec serait un petit pays, absent du G20 et encore plus du G8. Sa seule place serait à l’ONU, où les décisions ne se prennent pas réellement. Le Québec perdrait donc du pouvoir… Sauf si comme plusieurs séparatistes, on concidère que les décisions au fédéral sont assurément le contraire de ce que veulent les Québécois.

Mais le meilleur de la chronique de Dubuc, c’est la fin. Il résume ce qui me fait chier avec les séparatistes. Leur haute nuisance à l’avancement du Québec.

Maintenant que c’est fait, je dois avouer que j’ai eu l’impression de perdre mon temps en écrivant cette chronique sur un sujet qui me paraît parfaitement oiseux. Mais le drame, c’est que le Québec en entier perd son temps avec des débats comme ceux-là.

Publié le mars 2, 2009, dans Médias, Politique, Société. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :