Le favoritisme syndical.

logo

J’ai parlé beaucoup des syndicats et de leur influence politique dans mon dernier billet sur le budget. C’est la gauche qui veut ça et elle est omniprésente au Québec. Heureusement, au Canada, c’est un peu moins pire. Le favoritisme aveugle pour les syndicats est moins répendu.

Cependant, pour un parti résolument à gauche comme le NPD, c’est notre marque de commerce. Spécialement quand on pense cruiser le Québec. On a donc demandé que le gouvernement fédéral retire toutes ses publicités du Journal de Montréal.

Mais quel effet est-ce que ça aurait? On veut injustement nuire au JdeM et à Quebecor afin qu’ils plient devant les demandes syndicales. On veut favoriser le syndicat. On veut qu’il gagne. Car naturellement, dans un conflit, dans le privé, les 2 partis sont également heurtés par le conflit de travail.

Ici, il est vrai, c’est un peu différent. Le JdeM est en train de prouver qu’il n’a aucunement, ou presque, besoin de ses journalistes. Il est toujours lu, il n’y a pas eu de baisse de qualité très notable et le ruefrontenac.com est médiocre. Alors pourquoi un annonceur s’empêcherait d’aller chercher la visibilité que peuvent lui offrir les pages du JdeM si ce n’est pour favoriser le syndicat?

Publicités

Publié le mars 20, 2009, dans Économie, Médias, Politique, Société. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :