Groupes féministes?

J’ai parlé en ondes récemment de Michèle Asselin, présidente de la Fédération des Femmes du Québec. Un groupe devenu inutile par sa mission désuète, mais qui reçoit cette année, plus de 512 000$ de subventions du fédéral et du provincial

Lors de son départ, Michèle Asselin a fait part des « combats » qui restaient à livrer pour son groupe de pression subventionné. Voici:

  1. La pauvreté… des femmes.
  2. Le salaire minimum… des femmes.
  3. L’aide sociale… des femmes.
  4. La réforme du régime de retraite… des femmes.
  5. Les droits des ainéEs.
  6. La reconnaissance des acquis des immigrant… es.
  7. Les pensions alimentaires… des femmes.

Finalement, il y avait aussi la violence faite aux femmes et le rapport beauté et santé avec le corps de la femme. Qu’est-ce que vous remarquez? Les masculinistes me répondraient sûrement que tous ces combats, même les 2 derniers, ne sont pas que des combats pour les femmes. Ils auraient en bonne partie raison. Mais regardez encore. Que remarquez-vous?

Tous les « combats » que mène la Fédération des Femmes du Québec, excepté la reconnaissance des acquis des immigrants, sont des combats gauchistes où on demande l’intervention de l’État. Il faut alors se demander:

Est-ce que la FFQ est toujours un groupe de pression féministe ou est-ce qu’on se sert de la sympathie des gouvernements envers les femmes pour faire avancer un agenda gauchiste?

Alexa_preview

Alexa Conradi, nouvelle présidente de la FFQ

Parce qu’on vient de nommer la nouvelle présidente et surprise! Alexa Conradi est une des créatrices de Québec solidaire… Avec bien sûr Françoise David, ancienne présidente de la FFQ. D’ailleurs, on retrouve dans leurs missions officielles « la lutte contre la pauvreté » et « la lutte contre la mondialisation capitaliste » et supposément patriarcale (faut bien justifier le mot femme un moment donné). La nouvelle présidente, dans sa présentation officielle, donne aussi les raisons de sa candidature:

On fait face à un ensemble d’enjeux, notamment une monté de la droite et une crise économique où on ne remet pas en question les inégalités économiques créées même par le capitalisme.

Il leur reste donc beaucoup de travail à faire et la lutte n’est pas terminée… Il faut faire tomber le capitalisme!

Publié le septembre 27, 2009, dans Économie, Féministes, Politique, Société. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. C’est pas comme si le Québec n’était pas une société matriarcale et interventionniste. Est-ce que ces groupes ont encore leut utilité en 2009? J’en doute! Les femmes prennent leur place beaucoup plus qu’avant, on n’a qu’à regarder le conseil des Ministres de John James « l’Étrangleur » Charest, et la composition de l’Équipe Embeaume pour se rendre compte que compétentes ou non, les femmes présentes.

  2. Il est de plus en plus observable qu’il existe un féminisme de droite

    http://ysengrimus.wordpress.com/2009/10/15/sur-le-feminisme-de-droite/

    Nier cette sorte de « consécration » sociale du féminisme, c’est quand même un peu se mentir…
    Paul Laurendeau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :