J’en ajoute…

Sur ce qui ne se dit supposément pas… La tolérance des idées différentes ne s’est certainement pas améliorée au Québec à lire les différents messages partout. Pas facile avoir autre chose qu’une pensée unique au Québec.

1) L’oeuvre de Lhasa de Sela, sa qualité, si ça vaut la peine d’être écouté ou non, ça ne fait aucunement partie de mon propos. Que certains aiment et d’autres n’aiment pas, c’est normal. Moi ça ne me rejoint pas, d’autres ça les fait vibrer et c’est parfait ainsi.

2) La tragédie de sa mort pour ses proches et ceux qui aimaient sa musique est indéniable. Là encore, ça ne fait aucunement partie de mon propos.

Ce que j’ai « dénoncé » (de manière TRÈS soft), c’est la couverture médiatique totalement démesurée. Parce que ce genre d’importance est accordé non pas suivant la qualité d’une oeuvre (musicale, politique, sportive, économique) pour ceux qui aiment la personne, mais à son impact réel. Et je maintiendrai toujours le même mot concernant Lhasa de Sela. C’était une artiste marginale. Ça n’enlève rien à sa qualité, mais ça définit sa popularité, donc son impact. Elle faisait un style de musique qui est plus pointu, qui intéresse généralement un nombre plus restreint de gens. D’ailleurs, plusieurs de ses fans la décrivent ainsi. C’est assez contradictoire ensuite quand tu veux prétendre que tout le monde la connaissait et qu’on est inculte de ne pas la connaître.

La réaction de plusieurs est venue de l’importance qu’on a donnée à la nouvelle. Si ça s’était limité aux pages d’arts et spectacles, ou même une petite une… Si le téléjournal en avait parlé à sa 40e minute environ, moment où ils parlent souvent de nouvelles artistiques et où ils auraient pu faire un bon portrait de cette artiste, personne n’aurait rien dit. Mais la grosse une? Ouvrir les journaux télévisés là-dessus? Même un 4-5 janvier, c’est exagéré.

Contrairement à Louis Lacroix, j’ai plusieurs personnes dans mon entourage qui connaissaient Lhasa de Sela. Mais elles ont toutes un point en commun : Elles sont attirées par ce type de musique, plus marginale, vont voir des spectacles d’artistes dont peu de gens entendent parler, dans des petites salles, etc. Elles sont beaucoup plus sujettes à connaître ce genre d’artistes. Mais ils ne sont pas représentatifs de la population. Et la majorité le sait bien. Mais d’autres préfèrent traiter les autres d’ignorants… Je me demande toujours dans ce temps si ces gens aiment réellement l’art qu’ils consomment ou si c’est simplement pour le standing qu’ils croient que ça leur donne.

Je suis populiste? Possible, mais lorsqu’on parle d’une couverture médiatique de ce genre, la popularité joue une importance majeure.

Publié le janvier 7, 2010, dans Culture, Médias, Musique. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :