Après moi le déluge.

Les chefs syndicaux ont donc pris, comme d’habitude, une position sur laquelle il n’ont JAMAIS consulté leurs membres. Même chose pour la FEUQ et la FECQ. Il faut donc considérer qu’ils ne parlent qu’en leurs noms personnels. (n.b.: Ils ne parlent qu’en leurs noms personnels, mais avec l’argent des cotisations de leurs syndiqués. C’est ça la solidarité!)

Mais ces tenants du corporatisme syndical sont bien mal placés pour faire de la démagogie sur la solidarité. C’est n’est d’abord jamais ce qu’ils défendent, seulement un déguisement qu’ils mettent pour cacher leurs intérêts corporatistes réels.

D’essayer, par tous les moyens possibles, de conserver le pouvoir le plus longtemps possible, sur le plus grand nombre de Québécois possible, en prétendant parler pour eux à chaque sortie, ce n’est aucunement dans un but de solidarité.

Appauvrir les Québécois, les endetter, démoniser l’entreprise privée et contrôler la vie des gens avec des monopoles d’État, ce n’est pas de la solidarité.

Essayer d’étirer, à son avantage et le plus longtemps possible, l’élastique des finances publiques jusqu’à ce qu’il pète, c’est tout sauf de la solidarité.

Est-ce que les syndicats veulent un meilleur système de santé? Non! Ils n’en ont rien à foutre en autant que tout le monde qui travaille dans le système est un employé de l’État, donc un syndiqué automatique, et qu’ils conservent pouvoir et argent! La même chose vaut pour l’Éducation. Dommage que de jeunes gauchistes idéalistes à la FEUQ et la FECQ ne comprennent absolument pas ça… À moins qu’ils regardent déjà pour leur avenir dans le milieu syndical après leurs études.

Pensez-vous que Réjean Parent s’inquiète vraiment de l’environnement? La religion verte se bat contre l’entreprise privée et créé de beaux programmes étatistes qui font grossir la taille de la bureaucratie et amènent de nouveaux syndiqués, plus de pouvoir et d’argent. Ils sont contre les gaz de schiste? Non! Ils veulent les nationaliser!

Alors continuons de s’endetter, maintenons le statut quo jusqu’à ma mort et après moi le déluge, elle est là, la vraie position de l’alliance syndicale.

Publié le novembre 6, 2010, dans Économie, Éducation, Politique, Santé, Société, Syndicats. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :