L’anglophobie de cette campagne… (1ère partie)

C’est assez! Hier, le PQ a une fois de plus fait la promesse que sous leur gouverne, la loi 101 deviendrait encore plus restrictive et liberticide! C’est rien de nouveau de les voir parler du cégep en français OBLIGATOIRE, mais il vient un temps où on se doit de dénoncer tous en coeur l’anglophobie qui se cache derrière cette volonté, les raisons avancées pour l’implanter ainsi que tout le discours anglophobe en vogue dans certains groupes au Québec et qui fait sa place dans cette campagne!

Alors vous le savez, selon le PQ, des adultes n’auraient plus le droit de choisir dans quelle langue ils veulent étudier même si l’offre est présente. Et même si Léo Bureau-Blouin a toujours dit être contre… Pauvre Léo!

Mais pourquoi faire cela? Pourquoi depuis quelques années le PQ veut-il rendre la loi 101 plus restrictive? Sur quel(s) argument(s) se basent les groupes anglophobes reconnus (SSJBM, MMF et autres) pour demander cela?

D’accord… Et? En quoi la langue maternelle est-elle importante? Est-il impossible de parler français et d’avoir autre langue maternelle? Celle que les parents ont voulu transmettre? À moins que le PQ désire que les immigrants perdent leurs langues? Qu’il soit interdit aux parents d’apprendre une autre langue que le français à leurs enfants? Était-ce pour cela la création des CPE? À moins que, tel que je le crois, la statistique sur la langue maternelle soit la seule existante pouvant faire peur aux gens? Car contrairement aux Péquistes, les chiffres ne mentent pas. Chose sûre, on sous-entend au PQ depuis des années qu’il est mal de parler, dans ses premières années, toute autre langue que le français dès ses premières années de vie.

Bien sûr, forcer 8000 étudiants à étudier en français et retirer aux cégeps anglos la moitié de leur clientèle est la pire politique liberticide proposée, mais ce n’est pas tout! On veut aussi restreindre le droit d’entreprises, même les plus internationales, à travailler, même seulement en partie, en anglais. Déjà, les entreprises sont forcées à demander la permission avant d’utiliser l’anglais au travail.

On veut aussi s’attaquer plus durement aux entreprises qui osent avoir un nom anglophone comme Home Depot ou Canadian Tire. En fait, Second Cup représenté sur la photo ici est parfaitement légal en s’appelant « Les cafés Second Cup ». Mais ce n’est pas assez pour  les groupes anglophobes amis du PQ. Seront-ils capables de faire passer leur volonté via le PQ un jour? Ce n’est heureusement pas encore le cas, mais ce sont quand même ces gens qui font les plaintes à la police de la langue et l’anglais est bien sûr toujours l’ennemi.

Ils ne manifestent jamais devant un restaurant asiatique ou Mikes… Oui oui, Mikes! Parce qu’au cours des dernières années, les restaurants Mikes ont changé leur image afin de faire resortir ses racines plus italienne qui paraissaient moins avant. Nous sommes donc passés du « Restaurant Mikes » à « Trattoria di Mikes ». Mais je doute qu’ils se fassent écoeurer par les fous de la langue puisque ce n’est pas en anglais… Quoique je ne devrais pas parler trop vite! Le « since » va peut-être en énerver quelques uns.

Et je ne parle même pas du fait que le PQ veut étendre la loi 101 aux entreprises de 50 employés et moins. Lisez le récit d’un jeune chroniqueur que je trouve génial, Jérome Lussier du Voir, sur cette question. Ça fait réaliser les réelles implications de cette politique. Même pour les entreprises de 50 employés et plus.

Heureusement, Stéphane Gendron, quand même avocat de formation, semble croire que les changements que Pauline Marois propose sont inconstitutionnels et ne peux même être permis en utilisant la claure dérogatoire.

« Dans sa réforme de la Loi 101, Pauline veut utiliser la clause dérogatoire pour mettre fin aux écoles passerelles. Est ce qu’il y a quelqu’un qui peut lui dire qu’on ne peut pas. Cette clause ne s’applique que pour les droits garantis aux articles 2, 7 à 15 de la Charte. Pas à la langue d’enseignement! Une autre amateure qui dit n’importe quoi… » -Stéphane Gendron

Adrien Pouliot semble avoir la même analyse. Voilà donc pour le PQ. Mais ce n’est pas tout! Demain, un 2e volet de l’anglophobie présente dans cette campagne…

Publié le août 13, 2012, dans Éducation, Langue, Politique. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :