Le système électoral que je souhaite pour le Québec.

Tout d’abord, le Québec devrait réduire le nombre d’élus à 75. Si nous avions proportionnellement la même représentativité qu’en Ontario, le nombre serait même 65. Moins d’élus incite à de moins grosses campagnes électorales, donc de moins gros moyens nécessaires à une élection. C’est aussi moins de gens pour faire des promesses, donc moins d’incitatifs pour l’État à dépenser.

Le pouvoir législatif serait divisé entre 2 chambres.

  • 45 députés élus proportionnellement à la chambre des élus.
  • 30 sénateurs élus à la chambre exécutive (chambre des régions disons) avec un nombre égal de députés pour chacune des régions (15 régions x 2 sénateurs).

Le pouvoir exécutif reviendrait donc entre les mains d’un Premier Ministre élu séparément et qui pourrait orienter le gouvernement dans certaines directions.

Les électeurs pourront donc choisir les députés, les sénateurs et un Premier Ministre. Ce système implanterait une balance des pouvoirs qui n’existe pas présentement au Québec. Tous les pouvoirs (législatif et exécutif) sont présentement entre les mains du seul parti au pouvoir même si cela n’a pas nécessairement été pensé ainsi au départ. Avec les changements, chaque chambre pourrait représenter des intérêts différents et avoir des élus de différents partis. Des indépendants auraient aussi plus de facilité à se faire élire.

Le conseil des ministres serait nommé par le PM et approuvés par les 2 chambres. Terminé donc les histoires de choisir parmi ce qui reste d’élus. Les meilleurs aux postes dans lesquels ils excellent.

Aussi, à chaque élection (au minimum, provinciale et municipale, mais peut-être aussi fédérale), sur le bulletin de vote, 5 questions référendaires qui serait écrites par le PM et approuvées par les 2 chambres.

Ça devient un système très américain, (qui peut être perfectionné) ce qui devrait en faire tiquer plusieurs, mais ce serait selon moi toute une progression.

L’élection du 4 septembre ainsi que les autres récentes ont prouvé que la population québécoise est de plus en plus divisée, mais ne se reconnait plus dans un système politique encourageant une pensée assez peu diversifiée. Nous nous devons de songer à une manière que toutes les voix soient davantage entendues. Voici ma contribution. Sentez-vous libre d’y participer puisque c’est aussi votre démocratie.

Publié le septembre 6, 2012, dans Politique. Bookmarquez ce permalien. 8 Commentaires.

  1. « Moins d’élus incite à de moins grosses campagnes électorales, donc de moins gros moyens nécessaires à une élection. C’est aussi moins de gens pour faire des promesses, donc moins d’incitatifs pour l’État à dépenser. »

    Je suis entièrement d’accord. C’est pour cette raison que je prône l’abolition d’un des deux pallier de gouvernements. Selon moi, il y a plus de chance que le Québec devienne un pays que le fédéralisme soit réformé pour permettre ce changement.

    Bien que favorable à moins d’intervention, aucun système électoral garantira moins d’intervention de l’état dans nos vies, mais on peut mettre les chances de notre côté.

  2. Lâchez nous avec la séparation SVP, les Québécois n’en veulent pas. De plus, comme j’ai expliqué, l’histoire que l’abolition d’un pallier = couper dans l’étatisme est ridicule puisque c’est seulement un transfert de pouvoirs et de dépenses.

    Si je ne me trompe pas, ce que je propose est possible dans notre système. Sinon, il y a possibilité de gosser pour en réaliser la majorité. Réduire le nombre d’élus et créer une chambre des régions est certainement possible puisque le Québec en a déjà eu une. Les référendums sont une technicalité. La seule question est sur le PM ayant le pouvoir exécutif.

  3. De mon côté, je voudrais 500 députés représentants pour qu’ils ne représentent que 10 000 électeurs au lieu de 42 000. Les partis nommeraient 125 députés parlementaires parmi les 500 selon la proportionnalité du vote. Le budget de l’Assemblée nationale serait le même, sauf que tu ajustes les salaires en fonction des équivalences.

    J’ai la ferme impression que la politique serait plus saine et plus connectée sur le vrai monde et qu’on enlèverait du pouvoir aux fonctionnaires. Mais surtout, les idéologies seraient mieux représentées.

    Généralement, les gens me traitent de malade mental! Le New Hampshire fonctionne un peu comme ça: un représentant pour 3300 personnes payé 100$ par année avec remboursement des dépenses de déplacement.

  4. Le meilleur système serait probablement une Assemblée (disons) avec 35 députés élus par circonscription et 35 députés élus proportionnellement (le chiffre peut changer) avec un seuil de 4% pour être élu dans les députés proportionnels pour éviter une situation comme en Israel. L’autre système pourrait aussi être des circonscriptions plus grosses mais qui élisent chacune 4 à 5 députés soit par préférences transférables (comme en Irlande) ou bien par le vote populaire par circonscription. Un indépendant peut très bien être élu avec ce système tout comme qu’un tel système encourage les candidats individuels avant le parti.

    Chambre des régions? Ça serait peut-être possible, à condition que la chambre basse soit vraiment un électeur, un vote. Ça signifie que des circonscriptions du genre Îles-de-la-Madeleine ou Ungava ne sont plus exister. La Gaspésie comme région aurait probablement beaucoup plus de poids dans la chambre haute que la chambre basse. Rien ne peut empêcher une chambre des régions d’être élue indirectement par un collège électoral composé des élus municipaux dans chaque région quitte à avoir une chambre haute avec beaucoup de «sénateurs» indépendants. Mais un chambre des régions se doit d’être une chambre consultative avant tout.

    Le PM élu est très glissant comme idée. On fait comment pour faire un cabinet alors, tout en considérant que le problème vient qu’il pourrait y avoir de l’interférence entre les différentes branches si elles sont de partis différents. En politique Israélienne, il ont enlevé le PM élu quelques années seulement après sa création car c’était ingouvernable.

    Je suis pas contre un système comme au New Hampshire, mais notons que cela risque de changer la relation que les électeurs ont avec un parti politique. Pour le bien (car les leaders vont avoir peu de portée) ou pour le pire (à cause que le Québec n’a pas la superficie du New Hampshire).

  5. Deux pallier favorisent les mesures étatistes. Si on regarde juste le système sur papier, il n’y a pas de lien. Il faut regarder les acteurs de la scène politique pour comprendre.

    Même si on réforme le système électoral, il y aura toujours des politiciens étatistes. Lorsqu’un des deux pallier se retire d’un domaine, l’autre pallier va vouloir prendre l’espace pour toutes sortes de raison dont l’opportunisme. On sait comment les étatistes peuvent être imaginatif pour créer des programmes pour nous aider.

    Par exemple, le fédéral se retire de Kyoto, le provincial décide de l’implémenter. Le fédéral abolit le registre des armes feu, le provincial veut créer le sien.

    Ça va aussi dans l’autre sens, si une province ne veut plus d’un système de santé publique pour laisser la place au privé, c’est impossible, le fédéral a fait une loi pour protéger le système. Donc, il faut que les deux pallier soit en accord avec la mesure, mais ça en prend un seul pour forcer l’intervention de l’état : Une province peut le faire sans l’aide du fédéral ou le fédéral peut le faire avec une loi pour l’imposer aux provinces.

    Avec deux pallier, les politiciens créent des programmes ou organisme presque similaire pour démontrer à leur électeur qu’ils font quelques choses. Il suffit de voir les dépense en culture. Le fédéral et le Québec se battent pour de la visibilité et promouvoir leur éléments qu’ils considèrent important. Puisqu’ils sont deux avec des visions différentes de la société, ils dépensent dans des domaines presque similaire comme Radio-Canada et Télé-Québec.

  6. Pourquoi arrêter au Québec alors? Créons encore plus de frontières!

    Continuez de parler de séparation. Le Québec va essayer d’avancer pendant ce temps-là.

  7. Après avoir prôné l’annexation aux USA, voilà que DooM vole encore une autre de mes idées ;-P

    Ça fait des années que je crie sur les toîts qu’il y a TROP de députains au Qc mais personne m’écoute.

    75 MP maximum serait parfait (la même carte électorale que le Fédéral) et une Chambre des régions avec 17 sénateurs élus par vote préférentiel ou indirect (par les administrations municipales).

  8. J’ai déja lu quelque part que les futurs sénateurs de la Chambre des régions devraient hériter des postes de ministre responsables de leurs régions administratives peu importe le parti au pouvoir. Ça éviterait des aberrations comme ça:

    http://www.lapresse.ca/le-droit/actualites/actualites-regionales/201209/19/01-4575683-le-ministre-stephane-bergeron-soccupera-de-loutaouais.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :