Je respecte beaucoup Lucien Bouchard mais… Il y a un mais!

Depuis hier, la gauche et les souverainistes tentent de discréditer, rabaisser et démoniser Lucien Bouchard. On le dit traître, qu’il se prend pour un autre, de s’être mis à genoux devant les banquiers, de se foutre de la rue, des citoyens, des pauvres, du bien du Québec, de l’environnement, de ne penser qu’à lui, etc. Tout y passe et la vérité est peu importante dans cette entreprise de salissage. Où sont passées les belles pensées suite au meurtre de Denis Blanchette? Hmmmm…

Soyons clairs! J’aime beaucoup le discours présent de Lucien Bouchard et j’ai hâte de lire son livre. Il est rationnel par rapport à la situation du Québec et où en sont les Québécois. Il a du pif pour leur parler, connaître leurs désirs, mais aussi pour leur dire certaines vérités moins agréables à entendre. En voici quelques exemples:

«Au début des années 60, quand le crédit du Québec était intact, on pouvait emprunter pis emprunter pis emprunter. Aujourd’hui, il faut expliquer pourquoi on ne construit pas, pourquoi on déconstruit, pourquoi il faut rationnaliser, pourquoi il faut couper ceci… Ça prend encore plus de courage qu’avant»

«Dire « non » en politique, c’est parfois absolument nécessaire et généralement très dur. Ce qu’il y a de plus facile, c’est de dire « oui ». Dire « oui », souvent, c’est faire payer une ferveur populaire instantanée à d’autres qui vont venir après. Aux jeunes en particulier. C’est eux qui vont ramasser les pots cassés et les dettes qu’on accumule, les revenus qu’on ne gagne pas, les partages d’efforts qu’on n’effectue pas. »

«Est-ce qu’on veut développer nos richesses naturelles? Ça peut se faire très correctement. Évidemment, quand ça ne fait pas leur affaire, les écologistes à tout crin deviennent intolérants. Le Québec ne pourra pas tourner le dos à ses richesses naturelles, si leur exploitation se fait dans le respect de l’environnement.»

«On peut être souverainiste et constater que ce n’est plus ça qui fait battre le Québec. Tout comme le syndicalisme, l’Église, l’État-providence… Il y a beaucoup de choses à bout de souffle au Québec actuellement.»

«Plusieurs interlocuteurs aujourd’hui au Québec, si on dit quelque chose qu’ils n’aiment pas, ils vont vous attaquer personnellement, mais on ne discutera pas du contenu. On va plutôt trouver une manière de mal vous faire paraître.»

La meilleure phrase que j’ai vu concernant Lucien Bouchard, est qu’on n’a pas affaire à un politicien, mais à un homme d’État. Jean Charest était un politicien, un très bon, mais pas un homme d’État. Je reprocherai toujours à Jean Charest d’avoir manqué de vision et, à une époque importante pour le Québec, d’avoir passé à côté de son mandat qui était au moins d’essayer de changer les choses pour le mieux. Jean Charest n’a rien fait. Son lègue est TRÈS mince. Le plan nord? Il n’avait aucun besoin de Jean Charest pour se faire et considérant les marchés, mettra peut-être bien du temps à réellement se mettre en marche, sauf peut-être pour les dépenses étatiques qui se foutent parfois des marchés.

Je ne peux reprocher à Lucien Bouchard de n’avoir rien fait. En à peine 5 ans comme Premier Ministre, son lègue est très riche! Les gauchistes et souverainistes sont vraiment ingrats aujourd’hui de lui vouer autant de haine, considérant qu’il a fait énormément pour eux. Comme il le dit lui-même, il est celui qui aurait amené les souverainistes le plus près de leur rêve. Mais ils ont perdu! Ils refusent toujours de l’accepter, sortent toutes les excuses comme « l’argent et les votes ethniques », mais ils ont perdu.

Pour ce qui est des gauchistes, voici le lègue de Lucien Bouchard:

  • Gel des tarifs d’Hydro-Québec et des frais de scolarité. On dirait presque Pauline… Mais il dit aujourd’hui regretter.
  • L’Assurance médicament. Un régime public obligatoire qui coûte aujourd’hui 2,3 milliards de dollars par année à l’État parce qu’il est déficitaire! Et cela malgré qu’il ne couvre que 40% desQuébécois qui fournissent 1,6 milliard en cotisations. Des cotisations qui sont passées de 175$ lors de la création du programme à 563$ en 2012.
  • Création des CPE. Un beau bonbon pour les amis syndicaux du PQ qui devait coûter au départ 379 millions, mais qui atteint aujourd’hui plus de 2 milliards annuellement. Et nous savons que le système ne répond pas, malgré tout, à la demande. Certains ont tenté de faire croire que les CPE rapportaient de l’argent, mais cette prétention a été démolie facilement et rapidement.
  • Création d’un programme généreux de congés parentaux qui a ensuite été bonifié par Jean Charest. Ça représentait des centaines de millions en coûts pour l’État et des centaines de milliers d’heures travaillées en moins.
  • La semaine normale de travail passe de 44 heures à 40 heures. Je me trompe ou c’est lui qui dit que les Québécois travaillent moins qu’ailleurs aujourd’hui? Je sais, c’est beaucoup à cause des gens qui travaillent encore moins que 40 heures/semaine, notamment, la fonction publique plus importante qu’ailleurs.
  • La loi sur l’équité salariale, une fraude morale qui a coûté des milliards en plus des centaines de millions en retards parce qu’il n’a pas voulu l’appliquer pendant qu’il était au pouvoir.
  • Le maintien de Videotron et Vachon au Québec. Des décisions qui ont fait perdre des milliards à la Caisse de Dépôts, donc aux Québécois, pour des questions de nationalisme économique. Videotron, la transaction qui nous a fait perdre le plus d’argent, n’allait même pas changer de pays.
  • Les fusions municipales. Lucien Bouchard en vantait encore les effets en disant que Québec se portait bien, mais ça a créé de grosses administrations municipales qui dépensent pour ce qui dépasse leur mandat et qui s’endettent énormément. La ville de Québec en est un excellent exemple!
  • La réforme scolaire. Il avoue lui-même que ça a été sa plus grande erreur. Cela a remis le contrôle de l’éducation entre les mains de bureaucrates et pédagogues très loins des étudiants.
  • Le déficit 0. Une bonne idée dont il est fier, mais dont il avoue aussi les erreurs concernant la manière d’y arriver. En fait, on a mis à la retraite des gens dont on avait encore besoin. Ça a coupé les coûts, mais seulement temporairement. On a pelleté par en avant, on a absolument rien réglé à long terme, mais on a créé des problèmes de manque de main d’oeuvre nécessaire par manque de planification. De plus, la dette n’a jamais cessé de croître sous sa gouverne. La dette brute (le chiffre de la dette totale du l’État n’était pas rendu public dans le budget à cette époque) est passée de 65,6 milliards à 102,5 milliards entre 1996 et 2002.

Les temps et les hommes changent. Le pouvoir ne permet pas non plus de tout faire, même quand on est Premier Ministre. Lucien Bouchard devait faire affaire avec un Part Québécois dont l’aile moins à gauche a été chassée après son départ. On peut donc s’imaginer que les SPQ libre de ce monde avaient déjà un pouvoir certains lors de son passage. Il ne faut donc pas discréditer le discours de Lucien Bouchard, mais il faut garder en tête qu’il ne l’a pas mis en oeuvre alors qu’il détenait le pouvoir. Comme j’ai dit, son héritage est riche de réalisations, mais elles ont plus souvent qu’autrement appauvrit le Québec et ont pavé la voie du Québec endetté que nous connaissons aujourd’hui.

EDIT: Ce qu’il faut retenir, je crois, de tout cela est: Lucien Bouchard semble avoir appris de ses erreurs. Probablement par sagesse. Est-ce que le Québec peut partager cette sagesse?

Publicités

Publié le septembre 13, 2012, dans Économie, Éducation, Médias, Politique, Société. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Lucien Bouchard ! Un crosseur monumental.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :