La spin de la CSQ.

CSQ

Le temps des fêtes approche et ça s’accompagne assurément de soirées avec la famille et les amis à parler de tout et de rien. Bien souvent, ce rien tourne en discussion politique et même si on n’aime pas trop la chicane, plusieurs espèrent passer leurs idées et les implanter dans la tête de leur entourage. La CSQ a donc créé récemment un beau petit guide d’arguments de gauche pour défaire ceux qu’ils n’aiment pas. Je vous offre donc en retour certaines réponses à leurs prétentions.

Je vous les suggère du moins, parce que je ne suis pas économiste, mais je crois être quelqu’un de bien informé et mon travail me donne la chance de beaucoup lire. C’est en fait une nécessité afin d’avoir du contenu. C’est pourquoi en écoutant les vidéos de la CSQ, j’en suis venu rapidement à la même conclusion qui s’impose depuis plusieurs années: Les syndicats sentent leur pouvoir et leur crédibilité diminuer. Leur système étatiste connaît de nombreux ratés avec la crise de 2008 et la crise de l’endettement que nous vivons présentement en Occident.

Au Québec, de plus en plus de voix s’élèvent pour les remettre en question, ce qui est un environmement bien différent de ce qu’ils ont connu depuis 50 ans environ! Il leur reste donc à étirer l’élastique le plus longtemps possible en attendant l’inévitable. C’est ce que font ces vidéos. C’est de la spin pour offrir un semblant de réponses aux nombreuses critiques justifiées que reçoit le « modèle » québécois. Y répondre prend du temps et ça garde une apparence de débat afin d’endormir la population moins informée et conserver les acquis le plus longtemps possible. Avant que vous le notiez, je sais que ces vidéos ont été peu populaires, mais on y trouve des arguments souvent répétés sur plusieurs tribunes.

Vidéo 1: Le vidéo dit que le maigre 1,5% de « riches » au Québec fait 14% des revenus, mais paie 20% des impôts. Alors si je comprends bien, la CSQ avoue que ce 1,5% paie 6% de trop d’impôts par rapport à son poids dans l’économie québécoise? Ok j’accepte! Félicitation d’ailleurs pour avoir comparé avec le vrai chiffre payé par le reste de la population et non.

Vidéo 2: Considérant que ce 40% ne doit pas énormément consommer, il ne doit donc pas payer beaucoup de taxes. Alors peu importe comment on tourne ça, même s’il paie une petite partie des services publics, il vit tout de même au crochet des autres. Je suis cependant d’accord qu’on pourrait retirer les étudiants de la statistique.

Vidéo 3: Je vais résumer ma réponse à ceci: « 13 500$, y’a rien là! » C’est d’ailleurs un argument qui revient souvent dans ces vidéos. Comme quoi l’argent des autres n’a pas beaucoup de valeur à leurs yeux. C’est toujours bien peu à leurs yeux. Considérant que leurs demandes de dépenses sont presque infinies, il faut les comprendre j’imagine.

Vidéo 4: La CSQ veut traiter comme un MYTHE que les gens éduqués et en moyens quittent le Québec alors que le solde migratoire de la province est négatif depuis des décennies et que le Québec perd du même coup de son poids économique par rapport aux autres provinces. La CSQ a donc de la difficulté à différencier les MYTHES et les FAITS!!! Mais prennons point par point parce que c’est probablement le vidéo le plus important et du même coup, le plus ridicule.

Le mépris: Ce n’est pas mépriser nos riches que de croire qu’ils partiront si on tente d’abuser d’eux! La CSQ fait preuve de torture mentale en prétendant cela. Ils traitent du même coup ceux qui partiront d’égoistes. Parce que selon eux, les riches devraient être fiers de leur réussite et payer tous les impôts demandés sans réfléchir, sans penser à eux et à leurs proches, sans croire qu’ils pourraient mieux gérer cet argent que les gouvernements, etc. Ouf! Faut le faire!

Si le PQ avait mis de l’avant toutes les hausses d’impôts d’abord prévues, ça aurait été de les mépriser de penser qu’ils ne partiraient pas (ceux qui en ont la possibilité). Ça aurait été de les prendre pour des idiots ne sachant pas compter. Heureusement, le PQ a un peu reculé, mais cette mentalité reste dans son discours. Le riche est le mouton qu’on peut tondre à volonté pour régler nos problèmes de finances. Le discours d’Occupy, comme pour Obama, reste très présent.

Société dynamique: Ce point n’est jamais expliqué. On comprend pourquoi!😛

Société sécuritaire parce que plus égalitaire: Cette vieille prétention gauchiste a été prouvée fausse depuis longtemps, mais encore plus dans les 10-15 dernières années où, peu importe la fluctuation des écarts de richesse, la criminalité ne cessait de descendre partout en Amérique du Nord (entre autres). Le lien de cause à effet prétendu n’existe donc pas. Pendant ce temps, des paradis socialistes comme le Vénézuela d’Hugo Chavez sont parmis les endroits les plus violents sur la planète.

Différence de 8000$: C’est en fait une différence supplémentaire de 8000$ (notons encore une fois la mentalité « y’a rien là »). Il y avait déjà un écart entre le Québec et l’Ontario. D’ailleurs, il n’y a pas que l’Ontario, une province qui est loin d’être un exemple de contrôle des dépenses et de taxation raisonnable depuis l’ère McGuinty.

Le coût de la vie: On donne toujours comme premier exemple le prix des maisons, mais une maison de 200 000$ au Québec va se revendre moins chère qu’une maison de 400 000$ en Ontario. C’est une valeur une maison! Ce n’est pas comme si les voitures au Québec se vendaient 5000$ de moins qu’en Ontario. Le vidéo donne ensuite comme seul exemple les garderies privées en Ontario vs les CPE du Québec et estime la différence annuelle de 7800$. Un problème de cette logique est qu’une garderie, c’est un service bien temporaire dans une vie. Un autre problème est qu’une place en CPE coûte AU MIEUX entre 48$ et 53$ par jour en réalité. C’est donc plus que le 40$/jour de l’Ontario. Il faut aussi se rappeler que ce sont les riches qui paient la grosse part du gâteau du coût des CPE. Ils paient donc toute leur vie pour les places des autres en plus des leurs.

Les 2 derniers DG du CH ne sont pas venus vivre à Montréal. Jean Lapierre rapportait récemment que bien des pilotes travaillant à l’Aéroport Trudeau habitent à Lancaster en Ontario. Et ils ne sont pas seuls. Bien des entreprises déservant Montréal ont quitté depuis quelques années pour Cornwall. Mais ça c’est Ça peut sembler anecdotique, mais ça commence quand même à faire beaucoup de gens qui ne savent pas compter! Est-ce qu’il y a des anecdotes inverses? Des riches Ontariens ou du Vermont qui viendraient « profiter » des CPE et des maisons peu couteuses du Québec?

Vidéo 5: 1) Personne n’a dit que tous les riches sont des créateurs de richesses. Personne de sérieux du moins. Il y a cependant en effet des médecins et autres qu’on ne peut taxer plus sans les compenser.

2) Si des médecins ou gens de finances ne créent pas de richesse, les employés de l’État non plus, peu importe le petite phrase lancée en hypocrite à la fin du vidéo. Cette prétention est totalement ridicule considérant ce qui est dit auparavant. Ils font simplement rouler l’économie comme nimporte qui. La différence est que tout employé de l’État de trop reçoit son salaire au dépend des contribuables.

Vidéo 6: Que le seuil psychologique existe (ce qui serait logique) ou non n’est pas vraiment important. La courbe de Laffer, elle, a été clairement prouvée et documentée et ce seuil est à 33% d’impôts. Trop d’impôts tue l’impôt.

En passant, le taux marginal vs le taux effectif ne fait que démontrer toute l’hypocrisie de l’impôt et la nécessité de simplifier les rapports d’impôts.

Vidéo 7: Voir la réponse au vidéo 4. La CSQ vit dans le déni en jouant sur certains chiffres, c’est tout. Elle parle des heures de travail des riches sans parler de leur nombre. Elle prétend bien sûr ensuite que le problème est l’évasion fiscale, ce bouc émissaire facile qui n’a rien avoir réellement dans le cas présent. Mais je veux quand même les féliciter d’avouer que les hausses d’impôts augmentent les comportements d’évitement fiscal.

Pour ce qui est des entreprises, peu importe les études contradictoires et incomplètes, la réalité ne ment pas. On a beau essayer de faire croire que Montréal est l’endroit parfait pour les entreprises, on ne constate aucune manne de compagnies venant s’y installer. Pire! Cela prend des subventions généreuses pour les attirer… Comment est-ce possible? Simple! La réalité est qu’il coûte beaucoup plus cher à une entreprise de faire affaire au Québec qu’ailleurs.

Une dernière chose importante: Si vous êtes un syndiqué CSQ, vous avez payé un peu pour ce vidéo via vos cotisations sans bien sûr être le moindrement consulté. Nos syndicats fonctionnement toujours ainsi en détournant l’argent des travailleurs afin de combler leurs aspirations idéologiques et de faire du lobbying de gauche particulièrement efficace avec les gouvernements et apprécié de leurs amis médiatiques.

Pendant ce temps, peu importe toutes les prétentions de l’alliance sociale depuis sa création, le Réseau Liberté Québec, dont je suis membre, n’aurait pas les moyens d’engager quelqu’un afin de répliquer à la CSQ. Tout le travail et le temps passé est donc fait volontairement et bénévolement. C’est ça avoir des convictions pour vrai j’imagine… On connaît encore ça à la CSQ ou c’est le power trip et le salaire qu’on se fait sur le dos des syndiqués qui est intéressant?

Publié le décembre 6, 2012, dans Économie, Société, Syndicats. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Difficile a admettre, je ne connaissait pas votre site, vous etes maintenant dans mes favoris !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :