Archives de Catégorie: Médias

« L’avenir est incertain. »

RP CHOI

« L’avenir est incertain. »

Quand je répétais à quelques pirates cette phrase de Stéphane Bruyère dans les derniers jours, c’était un clin d’oeil. Et l’avenir, je le voyais relativement loin. Les dés semblaient jetés, je m’en allais « jouer dans le BLVD« .

Avec des bonnes personnes, pour de bonnes conditions et avec des défis intéressants qui allaient me permettre de continuer ma croissance radio.

En mai dernier, ma vie est arrivée à un carrefour. À 34 ans, en attente d’une deuxième enfant, je me retrouvais en quelques jours devant rien. Il fallait que je décide quel genre d’avenir en radio je voulais. J’ai des ambitions, des buts à atteindre. Mais il n’était pas non plus hors de question que ma vie se trouve dorénavant en dehors de la radio. Un questionnement que je redoutais depuis des années, mais qui devrait toujours être quelque part dans la tête des animateurs.

Puis est arrivée BLVD alors que tout se terminait à RP.

J’ai eu du beaucoup de plaisir à travailler avec Stéphane Gasse. C’est un gentleman.

J’ai aussi adoré travailler avec Catherine Bachand pendant deux semaines. Ce fût trop court.

Que de bons mots sur le reste de l’équipe. Gab, Gab, Caro, Hugo, mon ancien professeur Luc Laliberté avec qui j’aime toujours jaser. Une belle gang avec qui je me voyais continuer cet automne.

Mais RP, c’est ma famille. Lorsque ma plus jeune est née, le 16 juillet, le même jour que la plus jeune de Jeff, lui et MC ont été dans les 5 premières personnes au courant.

Lorsque Dom Maurais s’est réjouit qu’il serait au prochain souper de Noël de RP, ça m’a un peu frappé. La réalisation: Je ne serais pas au prochain souper de Noël de RP.

Mais même à ça, je m’en allais à BLVD. J’allais y voler de mes propres ailes.

Il me semble que ce n’est pas toujours comme ça, mais les mouvements de radio se sont finalisés tard cet été. Et je me suis retrouvé là-dedans.

Arrive donc mercredi matin. Quelques heures avant de signer mon contrat à BLVD (j’ai rendez-vous à 14h). Surprise! CHOI m’offre tout ce que je souhaite. Les défis, le futur, la marche vers mes objectifs et mes ambitions, les conditions bien sûr… Et la famille. Tout cela dans une station qui me ressemble et qui a cristallisé à l’époque mon goût de faire de la radio.

Je ne pouvais pas dire non. Je ne pouvais juste pas. C’est sûr que je l’aurais regretté. Et même si c’est chien ce que j’ai fait à BLVD, je ne crois pas qu’ils auraient apprécié avoir un gars qui rentre travailler avec des regrets.

Dan Caron a nié l’histoire que je viens de vous raconter, mais il sait que c’est la vérité. Et je ne lui en veux aucunement d’avoir dit ce qu’il a dit même s’il aurait pu simplement dire que j’avais fait le mauvais choix.

C’est moi le méchant dans l’histoire. Je prend 100% du blâme et je m’en excuse. Placé devant un choix difficile, j’ai pensé à moi avant tout. C’est ça la réalité. Mais je crois que c’est ce que je devais faire.

Je vais donc me répéter et faire quelques ajouts ou changements:

Bonne chance à Patricia qui se retrouve avec Dupont. C’est certainement un bon ajout pour son show. Bonne continuation au chum Marto!

Bonne chance à mon amie MCC qui aura de beaux défis à Rouge.

Bonne chance à BLVD. Merci pour le temps passé avec vous.

Et bien sûr longue vie à RP et longue vie à Jeff à Radio X! Content de continuer à vivre mon quotidien avec Jeff, MC, Gerry, Nick, Ian, Steph, Nicolas Genest, Élaine, etc. Et oui, MÊME Pat le président des pirates pirates.

On se jase lundi. À RP et CHOI Radio X.

Nouvelles séries à surveiller cet automne (2014).

Ce soir, c’est les Emmys et nos médias vont nous en parler un peu parce qu’ils commencent à ne plus avoir le choix, mais dans l’hypocrisie des cotes d’écoutes de télé au Québec, personne n’écoute les shows de télé américaine même si tout le monde les connaît ainsi que leurs personages et leurs histoires.

Tout ce que j’ai vu récemment dans nos médias, c’est des textes pour me faire dire que la dernière saison de Breaking Bad ou Dexter va jouer à je ne sais quel poste en français… Wow! Je sais que ça sert pour plusieurs, mais y’a aussi beaucoup de gens qui regardent les séries en version originale au moment où elles passent (ou du moins, pas un an après que la série soit terminée).

Voici donc ce que j’estime être à surveiller cet automne pour les nouveaux shows:

Hâte de voir:

Gotham (Lundi 22 septembre 20h FOX)

State of affairs (Lundi 17 novembre 22h NBC)

The Flash (Mardi 7 octobre 20h CW)

Stalker (Mercredi 1er octobre 22h CBS)

Foo Fighters Sonic Highways (Vendredi 17 octobre 22h HBO)

On verra:

Scorpion (Lundi 22 septembre 21h CBS)

Forever (Lundi 22 septembre 22h ABC)

How to get away with murder (Jeudi 25 septembre 22h ABC)

A to Z (Jeudi 2 octobre 21h30 NBC)

Constantine (Vendredi 24 octobre 22h NBC)

Pas intéressé, mais risque de marcher:

Red Band Society (Mercredi 17 septembre 21h  FOX)

Manhattan Love Story (Mardi 30 septembre 20h30 ABC) —>Show de filles!

Je vais bien sûr aussi continuer à regarder The Newsroom (3e et dernière saison Novembre, HBO), Person of Interest (4e saison Mardi 22h, 23 septembre, CBS), The Blacklist (2e saison Lundi 22h, 22 septembre, NBC), Big Bang Theory (8e saison Lundi 20h, 22 septembre, CBS), Arrow (3e saison Mercredi 20h, 8 octobre, CW) et Grimm (4e saison Vendredi 21h, 24 octobre, NBC).

En passant, j’ai essayé True Detective et même si les acteurs sont très bons, je dois avouer que je m’ennuyais à mort! Depuis, j’ai commencé à regarder The Strain qui n’a pas terminé de jouer et je suis jusqu’à maintenant ravis.

Projets futurs: Sons of Anarchy et The Walking Dead.

En terminant, voici en gros le box office nord-américain de cet été (j’arrondis un peu les chiffres):
Lego Movie: 258M$
Gardians of the galaxy: 251M$ (en 3 semaines)
Transformers 3: 244M$
Maleficient: 236M$
X-Men: Days of future past: 233M$
Dawn of the planet of the Apes: 204M$
The Amazing Spiderman 2: 203M$
Godzilla 2014: 201M$
22 Jump Street: 190M$
How To Train Your Dragon 2: 172M$
TMNT: 146M$ (en 3 semaines)

Les séries à surveiller cet automne.

Du moins, celles auxquelles je vais donner une chance:

Hostages à CBS les lundi à 22h:

Ça me fait penser énormément à The Following, mais ça semble bon et c’est de Jerry Bruckheimer.

Btw, en février, ce sera remplacé par Intelligence:

C’est une des nombreuses séries policières lancées cette année, mais une de celles qui semblent bonnes.

The Blacklist à NBC le lundi à 22h:

NBC a l’air de miser gros sur cette série. Mais ça semblait le cas aussi pour Golden Boy à CBS… Il risque d’avoir une des 2 qui ne survivra pas.

Almost Human à FOX les lundi 20h, mais à partir de Novembre:

Ça fait penser à Fringe, ça fait penser à I Robot, c’est une autre série policière… Mais ça semble bon!

Marvel’s agents of S.H.I.E.L.D. les mardi 20h:

Bah! Après avoir vu tous les films, faut bien écouter la série reliée.

Dads à FOX les mardi à 20h:

Un sitcom fait par Seth McFarlane et avec Seth Green. J’achète!

Brooklyn 9-9 à FOX les mardi 20h30:

Un sitcom policier… 😛 Andy Samberg, Terry Crews et Andre Braugher que j’ai aimé dans House et Last Resort.

Ironside à ABC le mercredi à 22h:

Encore une série policière. Ça fait penser à House. Mais c’était bon House!

The Crazy Ones à CBS les jeudi 21h:

C’est avec Robin Williams. Je suis vendu.

10 nouvelles importantes des fêtes…

C’est le retour des fêtes ce matin à RadioPirate et il me semble important de sortir un petit top 10 des nouvelles importantes (dont certaines que vous avez peut-être manqué si vous avez décroché) qui ont fait la manchette depuis le 21 décembre. n.b. Il n’y a pas d’ordre d’importance.

1) Theresa Spence et son régime de soupe de poisson.

À la base, toute cette histoire en est une de mauvaise gestion de tous les palliers en commençant par la réserve de Mme Spence (Ezra Levant a fait une job extraordinaire sur ce sujet). Le ministère des affaires autochtones semble aussi une belle machine à jobs artificielles de fonctionnaires. Mais au final, c’est les résidents des réserves qui en souffrent pendant que certains vivent grassement.

Il y a cependant tant de choses à dire. Par exemple, on doit noter qu’il y a quelques années, on a fait grand bruit des Raéliens qui avait supposément cloné un humain. C’était pendant les fêtes alors qu’il y avait un vide médiatique. Theresa Spence est le Raël de cette année. Mais c’est aussi la dernière marionnette de la gauche servant leur agenda anticonservateur. Il faut voir comment tous les regroupements habituels ont donné leur appui à Theresa Spence, tous voulant la rencontrer, même Québec Solidaire, et comment la majorité médiatique a été complaisante avec elle et sa pseudo grève de la faim.

D’ailleurs, un gauchiste m’a fait remarquer qu’elle et d’autres autochtones ont fait une « grève de la faim » sans qu’il n’y ait eu vote sur la question… Serait-ce une grève illégale? Ou est-ce que ça prouve que le mot « grève » est utilisé à nimporte quelle sauce (on aurait certainement pu dire que Spence boycottait la nourriture…) lorsqu’on entre dans les questions politiques et que les étudiants violant les libertés en bloquant des établissements d’enseignement n’avaient aucune légitimité le printemps dernier? À moins qu’il faille empêcher tous les autochtones de manger à cause des actions volontaires de certains d’entre eux?

Mais bien sûr, c’est toute la question des Indiens qui revient sur la table. Ça fait des années que je dis qu’il faudra un jour régler cette question pour vrai et pour de bon! Et mon opinion ne change pas! Ça passe par l’abolition de la loi sur les indiens et leur réserver le même traitement qu’à tous les autres êtres humains vivant sur le territoire canadien. Éric Duhaime a d’ailleurs fait une excellente entrevue avec David Sioui sur le sujet. Notre vision et notre traitement des autochtones est d’une autre époque. On croirait des touristes français débarquant au village Huron et voulant voir des indiens à plumes comme dans Lucky Luke. C’est comme s’il fallait que les cultures autochtones soient les seules à ne jamais avoir évolué durant les 500 dernières années. La notion de « mode de vie traditionnelle » n’a plus aucun sens dans l’évolution du monde. Le droit de sang est une vieille loi raciste qui n’a plus aucun sens après tant d’années d’évolution à se mélanger entre nous.

En 2013, il faudra un moment donné laisser derrière les histoires de « on était là avant » et vivre ensemble pour vrai. Dans les pays civilisés, on ne fait pas la différence entre un habitant de 22 générations et de 1. C’est des citoyens, c’est tout. Faut absolument avoir gagné une guerre dans le sang pour avouer qu’un système s’est implanté et a « gagné » sur l’autre?

Il m’est finalement venu une idée suite au jugement de la Cour fédérale d’hier qui dit que tous les autochtones, vivant sur les réserves ou non, doivent être reconnus et, plusieurs pensent, être traités comme tous les autres autochtones (privilèges et limites j’imagine). Je dis alors que le Canada devrait devenir une grande réserve et le fédéral devrait considérer tout le monde y vivant comme autochtone. Ensuite, il faut s’arranger ensemble.

2) Le Fiscal Cliff.

Y’a tant à dire sur le sujet (ok, j’en avais finalement beaucoup à dire aussi sur le dernier) que je prépare un blogue juste là-dessus.

3) Poutine interdit l’adoption d’enfants russes par les Américains 

J’ai rien à ajouter. C’est simplement haineux! Pire que nos antiaméricains du Québec! Et c’est appuyé par la majorité des Russes selon des sondages sur la question. La guerre froide n’est pas terminée pour certains il faut croire.

4) Les déménagements très chers pour l’État.

Eh merde! On est même rendus à payer des déménagements d’employés de l’État…

5) 253 nouveaux millions d’aide aux compagnies automobiles.

C’était pas supposé être une aide exceptionnelle pour une situation exceptionnelle dans le monde auto?

6) Le lait est de moins en moins consommé au Québec.

Mais ça représente encore plus de 30% des revenus de l’agriculture au Québec. Les 2 nouvelles s’expliquent par le prix élevé des produits laitiers au Québec? (En passant, dans les mêmes jours que le fiscal cliff, les USA ont renouvellé au moins pour un an leurs TRÈS généreuses subventions au milieu laitier américain. Sans ce renouvellement, le prix risquait de hausser fortement.)

Le Soya est aussi en très forte hausse… À cause des produits à base de lait de soya? Mais puisque tout cela se paye:

7) 2 contributions santé à payer en 2013.

« Le gouvernement du parti québécois force les entreprises à ajouter la contribution santé aux déductions à la source en 2013. Ceci signifie que les contribuables paieront en 2013 deux contributions santé: celle de 2012 au moment de faire leur déclaration d’impôt et celle de 2013 par déduction à la source. C’est ainsi que notre gouvernement péquiste socialiste balance son bu…dget en 2013-2014. Mais il va manquer 1 milliard $ en 2014-2015.

Pendant ce temps, le gouvernement fédéral, que la gauche québécoise s’amuse continuellement à sa;ir, introduit un crédit d’impôt de 15 % d’un montant maximum de 2 000 $ pour les aidants naturels. Aucune cachette et aucune rétroactivité ici!! »-Claude Garcia

Mais c’est loin d’être terminé!

8) Plein de hausses de taxes, tarifs et impôts.

La presse a calculé que ça représentait 550$ de plus, mais la liste est longue! Je vais essayer de la résumer le plus possible.

  • Taxe sur le carburant majorée d’un cent du litre dès le1er avril 2013. Elle passera de 18,2 cents à 19,2 cents le litre.
  • Le compte de taxes municipales sera majoré en 2013. En moyenne de 1,9 % à Québec. Pour le propriétaire d’une résidence d’une valeur de 261 000 $, le compte annuel de taxes municipales s’appréciera de 3,23 % ou de 86,73 $.
  • Le prix du permis de conduire passera de 88,75 $ à 89,25 $ alors que le coût d’immatriculation d’un véhicule de promenade sera de 273,25 $, en hausse de 3,10 $.
  • La cotisation à la RRQ  passe de 10,05 % à 10,20 % de vos revenus annuels.
  • La facture pourrait bondir de 3,3 % le 1er avril si la Régie de l’énergie accepte sa demande. 3,3%, ça donnerait une hausse annuelle d’environ 72 $ pour une maison unifamiliale moyenne. En passant, Hydro-Québec est capable de réaliser d’importantes économies dans ses activités, entre autres avec ses compteurs intelligents, mais elle ne les refile pas à ses clients. Vive les monopoles!.
  • Nouveau palier d’impôt de 25,75% à partir de 100 000 $.
  • Québec a lancé son marché du carbone. Ce que ça va coûter aux entreprises nous sera refilé.

9) Malgré tout cela, on coupe dans les services pour faire des économies.

On pense à faire payer les aînés pour le transport en ambulance et le maire Labeaume pensait couper dans les patinoires extérieures avant de changer d’idée une fois de plus en ajoutant même des heures (un peu nimporte quoi cettte histoire). Mais bon, tant qu’on construit le Colisée pour rêver!

10) Les compagnies de carte de crédit vont aussi nous taxer.

Y’a pas seulement les gouvernements qui peuvent taxer notre consommation, mais aussi les cartes de crédit! Et même si vous n’en avez pas! Parce que les compagnies de cartes de crédit chargent les transactions directement aux commerçants qui refilent ensuite la facture aux consommateurs dans le prix de leurs produits ou services. On trouve tous plate les frais de services sur les transactions qu’on fait avec Interac, mais c’est (surtout) le principe utilisateur-payeur. Pour les cartes de crédit, c’est fait en hypocrite et distribué également à tous les consommateurs. Et ça va tous nous coûter plus cher en 2013.

Bonne année!

La gaffe inventée de Romney, la division et la vérité…

Après un petit intermède ministériel, la suite du blogue: Les scandales et les gaffes inventées par les médias gauchistes

Lundi le 17 septembre, un site de magazine de réputation hippie ou grano, Mother Jones, publiait un vidéo montrant Mitt Romney, candidat républicain à l’élection présidentielle, parler stratégie de campagne avec des donateurs du parti… Oh désolé! Des riches donateurs du parti. Ils faut le préciser dans cette ère de guerre aux riches. Une guerre menée entre autres par Obama, mais à qui plusieurs riches donnent tout de même, tellement que sa campagne de financement va une fois de plus mieux que celle républicaine, entre autres auprès des médias.

Dès la sortie de ce vidéo, sans même attendre de réelle réaction du public, les dés étaient jetés dans ce qu’on appelle maintenant les NFM (Non-Fox Media). Mitt Romney venait de faire une gaffe majeure, ce qu’il avait dit était choquant et en gros, il venait de perdre assurément l’élection par ses paroles inacceptables. Un sondage donnait encore Romney et Obama à égalité hier après un autre mardi. Mais ce n’est pas grave. Les médias continuent à spinner la même interprétation en espérant qu’elle devienne vraie.

Mais qu’a-t-il dit de si grave? La vérité! Tout simplement. Une vérité qui dépasse grandement les frontières américaines. Une vérité qui s’applique parfaitement au Québec! Soit qu’une grande partie de la population, entre 40% et 50% (47% pour être exact aux USA), ne paie pas d’impôts et se fou donc royalement qu’un politicien promette des baisses. Tout être humain aspire à mieux et c’est normal. Quand tu paies des impôts, tu es gagnant d’en payer moins, mais si tu n’en paies pas, ce que tu désires, c’est plus de services sans payer pour. Et si tu ne paies pas pour ces services, quelqu’un d’autre le fait pour toi.

Si au contraire, un politicien promet de réduire les dépenses en coupant les services, tu ne seras pas content. Tu vas crier. À première vue, tu perds au change. Tu deviens une victime du système, un laissé pour compte, un désavantagé. Du moins, dans ta perception. Tu crois, que ce qu’on te fournissait jusqu’à ce jour, t’es dû.

On retrouve présentement cette réaction envers le Journal de Montréal et de Québec. Il y a 15-20 ans, il fallait acheter son journal ou manger dans un restaurant pour le lire à table. Mais depuis des années, il était offert en grande partie gratuitement sur Internet. Cette semaine, Quebecor a décidé de changer sa manière de faire en demandant un abonnement pour consulter plusieurs de ses articles et chroniques. Les plaintes se sont vite multipliées. Les lecteurs croyaient qu’on leur devait ces articles et chroniques GRA-TUI-TE-MENT parce qu’on les avait habitués à cela.

C’est de cela dont Mitt Romney a parlé. De gens à qui on a fourni pendant longtemps des services gratuits et qui croient maintenant que ça leur est dû. Il est probablement plus tabou de dépendre de l’État aux USA qu’ici. Voilà pourquoi cela fait une histoire. Mais voilà, ça ne tient plus! Partout en occident, des politiciens ont voulu acheter le vote d’une part grandissante de la population. Pour se faire, ils ont gravement endetté leurs États respectifs et les générations futures. Aujourd’hui, l’élastique a été assez étiré et il est venu le temps de payer pour certains, ou d’essayer de ralentir la cadence de l’endettement pour d’autres.

Deux tendances semblent généralement offertes aux électeurs:

  1. Couper. Réduire les dépenses ou au minimum leur croissance. Arracher le plaster ou tirer dessus doucement.
  2. Chercher à augmenter les revenus de l’État (et non pas de la population) en visant un petit groupe de personnes qui ne sera pas trop nuisible par son poids arrivé le jour du vote.

Même si leurs actions finissent souvent par se ressembler, c’est généralement ce qu’offrent les politiciens présentement aux diverses populations de plusieurs pays et états. Désolé, mais il n’y a que la 1ère option qui est réellement raisonnable. La 2e n’est qu’une tentative de voir jusqu’où l’élastique peut réellement s’étirer. Elle créé en plus un climat nocif de guerre des classes auquel le dopage à l’endettement nous a amené.

Pourtant, c’est dans la bouche des Barrack Obama et Pauline Marois de ce monde qu’on retrouve les accusations de vouloir diviser la population. Pourtant, leurs politiques (taxer les riches, Obamacare, gel des frais de scolarité, loi 101 dans les cégeps, exploitation des gaz de schiste, etc.) sont très divisives! Un des slogans de la campagne d’Obama est middle class first. Ce n’est pas divisif ça? S’attaquer au 1% en reprennant le discours d’Occupy Wall Street, c’est divisif!

Toute la semaine, le président américain a attaqué son opposant en disant qu’il ne voulait travailler que pour une partie des Américains, alors que Romney a simplement dit qu’il ne pourrait convaincre 47% d’entre eux de voter pour lui. Il ne faut pas se leurrer! Obama, Romney, Marois, Charest, Legault, Québec Solidaire, etc., tous les politiciens calculent où ils peuvent gagner des votes, sur quels sujets et où placer leurs efforts. Et ce n’est pas parce qu’on ne peut pas convaincre certains de voter pour nous, qu’on ne pense pas agir pour le bien de tous par la suite.

Pourtant, réduire l’endettement aide tout le monde. Que ce soit à court ou à moyen terme. Il est important pour tous les politiciens de l’Occident d’arrêter d’acheter les votes de leurs électeurs avec leur propre argent ou celui de leurs enfants. Du même coup, les systèmes où une forte proportion de la population est exemptée de l’effort collectif, ne tiennent plus la route en démocratie.  Les tentations électoralistes sont trop fortes pour les politiciens.

Je vois difficilement une économie survivre quand plus de 20% de la population ne contribue pas comme les autres. Un candidat démocrate au sénat, Tim Kaine, allait aussi dans ce sens (à l’inverse de son président) cette semaine. Au cours des années, les politiciens de gauche ont implanté comme idée que la « juste part » des plus fortunés était en fait une part plus importante que tout le monde. Il est tabou au Québec de parler de flat tax, mais cela a pour avantage que la « juste part » est la même pour presque tout le monde. Le riche donne tout de même plus d’argent à l’État, puisque 10, 20 ou 30% d’un million donne toujours un plus gros montant que 10, 20 ou 30% de 30 000$, mais tous donnent la même vraie « juste part ». Tous peuvent faire le même constat par rapport à quelle partie de leur travail se retrouve dans les mains de l’État.

En terminant, si Romney gagne, que vont nous raconter nos médias? Vont-ils faire semblant qu’il ne s’est jamais rien passé? Je ne suis pas nécessairement pro-Romney. Je vais donner aux Républicains qu’ils ont clairement le discours le plus réaliste par rapport à la situation économique américaine. Mais entre le discours et la réalité, il y a une marge. Une grosse marge! Mon sentiment commence à ressembler à la dernière élection française. Malgré les promesses éclatantes, la différence est minime entre les 2 prétendants majeurs.

Blogue à venir: Un vrai possible scandale de la campagne américaine dont on parle trop peu.

Socialiste, environnementaliste et séparatiste.

Voilà les 3 mots qui résument le premier conseil des ministres de Pauline Marois. La dame qui se prétend rassembleuse n’aurait pu s’éloigner plus de l’image qu’elle dit vouloir se donner. Avec ce conseil, Madame Marois ne peut que diviser.

Socialiste:

Ça a commencé fort avec la nomination de l’ex-« journaliste » péquiste, devenu candidat péquiste et maintenant ministre péquiste, Pierre Duchesne. Celui qui a manifesté avec les carrés rouges alors qu’il couvrait le conflit étudiant pour Radio-Canada, se chargera de l’enseignement supérieur. Déjà que la majorité de la population s’est clairement prononcée contre les carrés rouges et en faveur de la hausse, elle devra maintenant être représentée par cette homme à l’étique douteuse lors du sommet sur l’éducation supérieure. Ce sera lui qui parlera au nom de la population pour expliquer aux recteurs qu’ils devront s’arranger avec leurs déficits (que la population québécoise assumera un jour). Le pire, c’est qu’il a aussi comme tâche de s’occuper de l’innovation. Une tâche qui relevait habituellement d’un ministère économique. Pas pire pour un ex-journaliste ultra biaisé de Radio-Canada!

Dans le même ordre d’idée, toute la question du commerce international est maintenant entre les mains de Jean-François Lisée. Pas sûr que les gens d’affaire sont en confiance. Parions qu’il sera bien plus occupé à vendre la séparation du Québec partout dans le monde que le Québec économique… D’ailleurs, Le National Post se demande avec raison si le PQ désire tuer l’accord de libre échange avec l’Union européenne… Ça ne va pas trop dans le sens de leur protectionnisme économique disons!

Environnementaliste:

Daniel Breton devient ministre de l’environnement. Résumons son CV: Ancien directeur de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA). Cofondateur du Parti vert du Québec. Participe activement à la coalition QuébecKyoto. En 2005, il fonde le mouvement « Maîtres chez nous au 21e siècle » qui promouvoit la nationalisation de l’éolien et le remplacement graduel des énergies fossiles. On semble une gang d’ailleurs à avoir hâte qu’il nous explique comment le Québec va être indépendant énergétique. En 2010, il milite pour un moratoire sur l’exploitation des gaz de schiste. Une vision qu’il a su implanter au PQ rapidement. C’est un militant extrémiste vert qui devient ministre de l’environnement. Ça fait peur. Et la gauche dit qu’Harper, modéré comme il est, est un idéologue…

C’est à se demander si Martine Ouellet, ancienne militante pour la Coalition Eau-Secours, maintenant ministre des ressources naturelles, ne sera pas plutôt la ministre des moratoires. Ajoutons finalement Scott McKay, ancien chef du Parti Vert, au trio des activistes environnementaux. Il est le nouveau ministre adjoint à l’environnement. Faut-il s’étonner que selon Daniel Breton, « les Verts sont au pouvoir« ?

Le problème, c’est que les Québécois n’ont pas voté pour les Verts! Le Parti Vert est un parti presque rayé de la carte politique du Québec! La question de l’environnement n’a pas été discutée de la campagne. À quoi peut-on s’attendre à ce qui attrait au développement de nos ressources? On a du pétrole à exploiter, mais le PQ veut se défaire du pétrole… Combien de nouvelles taxes vertes devrons-nous payer?

Pauline Marois a chargé François Gendron, de nous diriger vers la souveraineté alimentaire. Combien de taxes protectionnistes le PQ veut-il charger à la nourriture « étrangère » afin qu’elle soit aussi ou plus chère que celle du Québec? Est-ce qu’un journaliste va suivre le nouveau ministre à l’épicerie pour voir ce qu’il met dans son panier?

Je vais donner une chose au PQ. Je dis depuis un quelques temps que le plan nord ne se fera peut-être pas, peu importe le gouvernement en place. Les prix des matières est simplement en baisse et les investissements deviennent moins intéressants. Il serait d’ailleurs très ironique que cela reste ainsi durant le règne minoritaire péquiste et qu’ils remontent au moment où, disons, un PLQ reprendrait le pouvoir dans 1 an, 1 an ½ et qu’ils s’en pètent les bretelles.

Séparatiste:

Jean-François Lisée, qui a déclaré vouloir d’une immigration encore plus homogène durant la campagne en donnant beaucoup de points aux immigrants qui parlent français dans leur vie de tous les jours, devient ministre de la francophonie. Ça a du sens j’imagine de donner ce poste à quelqu’un qui s’imagine que l’identité et la culture se résume à la langue. Il sera donc en charge de présenter une nouvelle loi 101. Pauline Marois en a fait une priorité. Est-ce que le PQ osera apposer à la loi 101 le même esprit anglophobe qui définissait leurs promesses identitaires en campagne électorale? À première vue, tout semble indiquer que oui. Il reviendra à l’opposition d’accomplir son devoir de bloquer de tels changements radicaux.

Alexandre Cloutier devient ministre de la « gouvernance souverainiste »… C’est ainsi que Marois appelle les relations intergouvernementales. Sans blague! Il est en charge des deux! Pour ceux qui ne savent pas, la « gouvernance souverainiste » consiste en faire la séparation morceau par morceau sans passer par un référendum. Ainsi, ça sort tranquillement le gouvernement canadien de la vie des Québécois…

Maka Kotto est mon nouveau ministre aux communications… Et la culture. Pauline lui demande de rapatrier les budgets en culture. De toute façon, la vision culturelle du gouvernement du Québec est la seule bonne, non? Elle est aussi représentative de la culture des Québécois, non?

Diane de Courcy, ancienne présidente de l’inutile commission scolaire de Montréal, se retrouve à l’immigration. Elle travaillera, elle aussi, à la rédaction de la nouvelle loi 101. Ça fait peur! C’est elle qui voulait bannir toute autre langue que le français qui serait parlée entre des élèves sur les terrains de l’école.

Équipe économique à surveiller de près:

Nicolas Marceau est une recrue. Souvent, ces ministres sont plus manipulables par les têtes fortes de leur parti. Il disait il y a quelques mois qu’on devrait éliminer les subventions aux entreprises et baisser leurs impôts à la place. On le dit aussi un apôtre du modèle québécois. Il disait aussi dans une entrevue à Gérald Fillion vouloir faire du dégraissage, mais sans la moindre coupure. À quel Nicolas Marceau aurons-nous droit? En passant, il ne sera pas qu’aux finances, mais aussi aux revenus. Pauline Marois avait oublié de le nommer hier. Elle a arrangé ça par décrèt… Comme tout ce que son gouvernement veut faire il semblerait.

Stéphane Bédard, à qui on n’a jamais donné de tâche économique et qui était critique aux institutions démocratiques, se retrouve au trésor. On me le dit presque de droite. Faudra attendre pour voir. C’est une autre recrue à qui Pauline Marois a explicitement demandé de dire non aux demandes de dépenses superflues du Parti. On sait qu’il y en a beaucoup, mais voyons s’il en sera capable.

Élaine Zakaïb va s’occuper de la Banque de développement économique du Québec. Elle a été une administratrice importante de tout le dossier de la Gaspésia et vient du fond de solidarité de la FTQ (qui accumule les histoires louches). On a confiance? On semble beaucoup vouloir favoriser « l’économie sociale ». On se croirait à Québec solidaire!

Quelques autres notes:

Marie Malavoy se retrouve à l’éducation. Pour contrer le décrochage, le PQ veut lancer la maternelle à 4 ans dans les milieux défavorisés. Il semblerait que ça se fait déjà à quelques endroits. Mais surtout, ça ne devait pas servir à ça les CPE?

D’ailleurs, il me semble que les places promises en garderie n’ont pas été mentionnées hier. Le gouvernement du gel pourra durer combien de temps? Gel des frais de scolarité (mais maintiens pour cette années des bourses promises par le gouvernement Charest), de l’électricité, l’annulation de la taxe santé, mais 1 enfant, 1 place en garderie et 1 médecin de famille pour tous les Québécois. Il y a un manque à gagner! Et il ne faut pas s’attendre à des coupures du PQ. Vont-ils encore proposer de taxer aveuglément les « riches »?

Sylvain Gaudreault devient le ministre délégué à Régis Labeaume et se retrouve avec les affaires municipales et surtout le transport. C’est beaucoup de syndicats, de maires, de groupes de pression, d’argent et de pouvoir. On verra ce qu’il va en faire. S’il s’en sort bien, il aura montré son potentiel de ministre. Est-ce qu’il aura à subir les contrecoups d’histoires sortant sur son parti à la commission Charbonneau? On sait que le PQ est loin d’être blanc… 1 2 3 4

Pauline Marois veut d’ailleurs créer une agence à la place du ministère des transports… Si je ne me trompe (c’est peut-être le cas), une agence est sortie du budget provincial. Ses chiffres ne paraissent plus dans le bilan. Est-ce la raison pourquoi on fait cela? Ce n’est sûrement pas pour économiser puisque Michel Hébert racontait ce matin que ce changement « sera un pur bonheur pour les fonctionnaires: les agences sont toujours plus généreuses envers leurs employés… »

Il reste la question médiatique… Est-ce que nos médias vont faire leur job? On parle ce matin du contrôle appliqué par Pauline Marois sur ses ministres, mais est-ce qu’on sera aussi dur envers elle qu’on l’a été pour Harper sur la même question? Est-ce qu’on notera l’esprit divisif de ses idées et de son conseil des ministres? Combien reste-t-il de journalistes espérant un futur poste de ministre au sein d’un gouvernement péquiste?

Je crois que la majorité des Québécois seront bien contents d’avoir voté pour un gouvernement MINORITAIRE. Il faudrait juste que quelqu’un l’apprenne à Pauline Marois qui semble croire que la pluralité québécoise a voté pour son programme.

Les scandales et les gaffes inventées par les médias gauchistes.

Dans un premier billet, je vous présente la technique qui commence à être vieille et de moins en moins subtile:

  1.  Quelque chose est dit par un acteur public qui ose avoir des idées de droite ou moins à gauche qu’un autre candidat chouchou.
  2. Les médias gauchistes reprennent les paroles, y accolent des intentions négatives, décident qu’il aurait dû se taire en parlant de scandale ou de gaffe.
  3. Vont chercher des réactions venant des opposants habituels de l’acteur public.
  4. Font croire que la désapprobation est généralisée.

À ce moment précis, le média gauchiste, qui se prétend objectif, ne rapporte pas la nouvelle, il créé de toute pièce la nouvelle. Il ne rapporte pas les propos en attendant de voir s’il y aura des réactions, il souhaite présume une réaction unilatérale du public et base toute sa couverture, tout aussi unilatérale, en fonction de cette réaction souhaitée présumée. Il va à la pêche en remettant à l’eau les poissons non désirés.

Que l’histoire ait réellement un effet à court terme ou non importe peu. Si ce n’est pas le cas, on peut toujours la ressortir plus tard, lors d’un autre scandale inventé, en prétendant une accumulation. L’important est que l’image, l’étiquette, colle à l’acteur public en question.

Au contraire, lorsqu’une histoire possiblement scandaleuse et digne d’être rapportée, implique un politicien ayant l’idéologie acceptée, on l’étouffe. On trouve une excuse pour ne pas en parler. Quand des propos pourraient être controversés et commencent à créer une réaction, on tempère avec des opinions qui vont tenter d’éteindre ou de réduire l’importance du feu.

La technique n’est pas exclusive à la gauche, mais sa présence médiatique et sa prétention d’objectivité est beaucoup plus généralisée. Les politiciens, eux aussi, tentent de coller des étiquettes à leurs opposants. Jean Charest était un expert en cette matière. Mais les politiciens font de la politique partisane. Ce serait agréable que les médias qui se prétendent objectifs disent clairement qu’ils en font eux aussi.

Quelques exemples québécois?

  • Histoire racontée: Lucien Bouchard disant aux Québécois qu’ils sont paresseux.
  • Réalité: Lucien Bouchard a simplement noté la productivité plus faible et le nombre moins élevé d’heures travaillées au Québec. Des faits indéniables qui ne dépendent pas de la paresse des gens, mais de plusieurs autres facteurs. Par exemple, de la place de l’État dans l’économie!
  • Histoire racontée: Maxime Bernier amène des Jos Louis en Afghanistan pour se faire une belle image et ça dérange les militaires. Quel épais! Des Jos Louis, ça fait ti-clin en plus!
  • Réalité: Des militaires avaient demandé par courriel à Maxime Bernier de leur amener des Jos Louis et le côté protocolaire et médiatique du passage du ministre les dérangeaient leurs tâches et leur routine. Mais c’est ainsi à chaque fois que des politiciens et même des médias étaient de passage.
  • Histoire racontée: François Legault a eu des propos sexistes et insultants envers les femmes.
  • Réalité: Legault avait affirmé que « Les filles attachent moins d’importance au salaire que les garçons », ce qui est appuyé par certaines études.

Prochain billet: L’application Romney.

Ma petite histoire à Québec 800.

Le prochain blogue est très narcissique, mais j’espère y passer un message inspirant (qui n’est même pas le mien) tout de même.

Pirate 800: Le mélange de l’ancien logo de Radiopirate.com et de celui de Québec 800. L’inclusion d’une tête de mort dans leur logo n’a pas vraiment plu aux boss de Q800… Mais ça représentait pour moi ce que j’étais.

Il y a 3 ans presque jour pour jour, j’entrais en ondes à Québec 800 pour une émission de lignes ouvertes de nuit qui a duré un an et qui se nommait Ouvert la nuit. Je suis arrivé là avec des appréhensions puisque la dernière fois où j’avais travaillé de nuit (dans un Couche Tard), j’avais détesté cela. Terminer le travail alors que le soleil était levé et que les gens commençaient leurs journées me tuait. Je me suis cependant rendu compte que lorsqu’on fait ce qui nous passionne, ça passe pas mal mieux. En fait, ce fût même très agréable et je me demande encore parfois ce que deviennent certains auditeurs qui appelaient fréquemment.

8 mois plus tard on m’offrait de remplacer le midi pour l’été. Le poste est devenu permanent avec le virage 100% sports de la station. C’était la naissance du Show d’la mi-temps avec François Paquet et Mathieu Tanguay qui faisait partie de l’émission au départ. Le nom de l’émission était d’ailleurs son idée. Ça a été 2 années de plaisir,  mais le 29 juin dernier, je quittais les ondes de Québec 800. La station en arrachait financièrement depuis des années. Le Groupe Remparts a tenté d’en faire quelque chose, mais se demandait depuis un an si ce n’était pas peine perdue. J’ai donc fait partie des premières coupures avec Mathieu Tanguay, sans penser que la station allait fermer 3 mois plus tard.

L’été a passé, je m’investis ailleurs maintenant en continuant (et ayant plus de temps pour) radiopirate.com, mais je dois avouer qu’il y a quelques semaines, je regrettais de ne plus m’asseoir dans le studio de Québec 800 à 11h (ou une minute avant) avec Frank pour jaser de sports. Québec 800 est bourrée de passionnés et surtout de bonnes personnes. J’ai la prétention de croire que l’émetteur AM était le problème #1 de la station. Le monde de la radio est en mutation et c’est parfois aussi excitant que stressant. Je crois que Marto a raison lorsqu’il dit:

La MINORITÉ des animateurs-Radio peuvent considérer que ce qu’ils font est un métier. La MAJORITÉ devrait comprendre que ce n’est qu’un passe-temps.

La fermeture de Québec 800 est une épreuve, pour ne pas dire une défaite. En pleine campagne électorale, certains ont ridiculisé des candidats de la CAQ parce qu’ils avaient déjà fait faillite. Je trouve cela petit. Comme entrepreneur ou comme employé, les échecs arrivent. Si vous ne le savez pas encore aujourd’hui, je vous souhaite de l’apprendre un jour. Parce que je crois, comme Conan O’Brien, qu’un échec peut nous sortir de notre routine confortable et nous ramener vers ce qu’on désire vraiment et nous pousser à oser et à se dépasser. Une épreuve peut nous placer devant des choix nous forçant à être meilleurs.

Alors pour mes amis de Québec 800 et tout ceux qui subissent une épreuve professionnelle, voici:

Eleven years ago I gave an address to a graduating class at Harvard.  I have not spoken at a graduation since because I thought I had nothing left to say.  But then 2010 came.   And now I’m here, three thousand miles from my home, because I learned a hard but profound lesson last year and I’d like to share it with you.   In 2000, I told graduates “Don’t be afraid to fail.”  Well now I’m here to tell you that, though you should not fear failure, you should do your very best to avoid it.   Nietzsche famously said “Whatever doesn’t kill you makes you stronger.”  But what he failed to stress is that IT ALMOST KILLS YOU.  Disappointment stings and, for driven, successful people like yourselves it is disorienting.  What Nietzsche should have said is  “Whatever doesn’t kill you, makes you watch a lot of Cartoon Network and drink mid-price Chardonnay at 11 in the morning. “

By definition, Commencement speakers at an Ivy League college are considered successful.  But a little over a year ago, I experienced a profound and very public disappointment.  I did not get what I wanted, and I left a system that had nurtured and help define me for the better part of seventeen years.  I went from being in the center of the grid to not only off the grid, but underneath the coffee table that the grid sits on, lost in the shag carpeting that is underneath the coffee table supporting the grid.  It was the making of a career disaster, and a terrible analogy.

But then something spectacular happened.  Fogbound, with no compass, and adrift, I started trying things.  I grew a strange, cinnamon beard.  I dove into the world of social media and started tweeting my comedy.  I threw together a national tour.  I played the guitar, did stand-up, wore a skin-tight blue leather suit, recorded an album, made a documentary, and frightened my friends and family.   Ultimately, I abandoned all preconceived perceptions of my career path and stature and took a job on basic cable with a network most famous for showing re-runs, along with sitcoms created by a tall, black man who dresses like an old, black woman.  I did a lot of silly, unconventional, spontaneous and seemingly irrational things and guess what —- with the exception of the blue leather suit, it was the most satisfying and fascinating year of my professional life.  To this day I still don’t understand exactly what happened, but I have never had more fun, been more challenged, and this is important —- had more conviction about what I was doing.

How could this be true?  It’s simple: there are few things more liberating in this life than having your worst fear realized.  I went to college with many people who prided themselves on knowing exactly who they were and exactly where they were going.  At Harvard, five different guys told me that they would one day be President of the Unites States.  Four of them were later killed in motel shoot-outs.   The other one briefly hosted “Blues Clues,” before dying senselessly in yet another motel shoot-out.   Your path at 22 will not necessarily be your path at 32 or 42.  One’s dream is constantly evolving, rising and falling, changing course.  This happens in every job […]

Je respecte beaucoup Lucien Bouchard mais… Il y a un mais!

Depuis hier, la gauche et les souverainistes tentent de discréditer, rabaisser et démoniser Lucien Bouchard. On le dit traître, qu’il se prend pour un autre, de s’être mis à genoux devant les banquiers, de se foutre de la rue, des citoyens, des pauvres, du bien du Québec, de l’environnement, de ne penser qu’à lui, etc. Tout y passe et la vérité est peu importante dans cette entreprise de salissage. Où sont passées les belles pensées suite au meurtre de Denis Blanchette? Hmmmm…

Soyons clairs! J’aime beaucoup le discours présent de Lucien Bouchard et j’ai hâte de lire son livre. Il est rationnel par rapport à la situation du Québec et où en sont les Québécois. Il a du pif pour leur parler, connaître leurs désirs, mais aussi pour leur dire certaines vérités moins agréables à entendre. En voici quelques exemples:

«Au début des années 60, quand le crédit du Québec était intact, on pouvait emprunter pis emprunter pis emprunter. Aujourd’hui, il faut expliquer pourquoi on ne construit pas, pourquoi on déconstruit, pourquoi il faut rationnaliser, pourquoi il faut couper ceci… Ça prend encore plus de courage qu’avant»

«Dire « non » en politique, c’est parfois absolument nécessaire et généralement très dur. Ce qu’il y a de plus facile, c’est de dire « oui ». Dire « oui », souvent, c’est faire payer une ferveur populaire instantanée à d’autres qui vont venir après. Aux jeunes en particulier. C’est eux qui vont ramasser les pots cassés et les dettes qu’on accumule, les revenus qu’on ne gagne pas, les partages d’efforts qu’on n’effectue pas. »

«Est-ce qu’on veut développer nos richesses naturelles? Ça peut se faire très correctement. Évidemment, quand ça ne fait pas leur affaire, les écologistes à tout crin deviennent intolérants. Le Québec ne pourra pas tourner le dos à ses richesses naturelles, si leur exploitation se fait dans le respect de l’environnement.»

«On peut être souverainiste et constater que ce n’est plus ça qui fait battre le Québec. Tout comme le syndicalisme, l’Église, l’État-providence… Il y a beaucoup de choses à bout de souffle au Québec actuellement.»

«Plusieurs interlocuteurs aujourd’hui au Québec, si on dit quelque chose qu’ils n’aiment pas, ils vont vous attaquer personnellement, mais on ne discutera pas du contenu. On va plutôt trouver une manière de mal vous faire paraître.»

La meilleure phrase que j’ai vu concernant Lucien Bouchard, est qu’on n’a pas affaire à un politicien, mais à un homme d’État. Jean Charest était un politicien, un très bon, mais pas un homme d’État. Je reprocherai toujours à Jean Charest d’avoir manqué de vision et, à une époque importante pour le Québec, d’avoir passé à côté de son mandat qui était au moins d’essayer de changer les choses pour le mieux. Jean Charest n’a rien fait. Son lègue est TRÈS mince. Le plan nord? Il n’avait aucun besoin de Jean Charest pour se faire et considérant les marchés, mettra peut-être bien du temps à réellement se mettre en marche, sauf peut-être pour les dépenses étatiques qui se foutent parfois des marchés.

Je ne peux reprocher à Lucien Bouchard de n’avoir rien fait. En à peine 5 ans comme Premier Ministre, son lègue est très riche! Les gauchistes et souverainistes sont vraiment ingrats aujourd’hui de lui vouer autant de haine, considérant qu’il a fait énormément pour eux. Comme il le dit lui-même, il est celui qui aurait amené les souverainistes le plus près de leur rêve. Mais ils ont perdu! Ils refusent toujours de l’accepter, sortent toutes les excuses comme « l’argent et les votes ethniques », mais ils ont perdu.

Pour ce qui est des gauchistes, voici le lègue de Lucien Bouchard:

  • Gel des tarifs d’Hydro-Québec et des frais de scolarité. On dirait presque Pauline… Mais il dit aujourd’hui regretter.
  • L’Assurance médicament. Un régime public obligatoire qui coûte aujourd’hui 2,3 milliards de dollars par année à l’État parce qu’il est déficitaire! Et cela malgré qu’il ne couvre que 40% desQuébécois qui fournissent 1,6 milliard en cotisations. Des cotisations qui sont passées de 175$ lors de la création du programme à 563$ en 2012.
  • Création des CPE. Un beau bonbon pour les amis syndicaux du PQ qui devait coûter au départ 379 millions, mais qui atteint aujourd’hui plus de 2 milliards annuellement. Et nous savons que le système ne répond pas, malgré tout, à la demande. Certains ont tenté de faire croire que les CPE rapportaient de l’argent, mais cette prétention a été démolie facilement et rapidement.
  • Création d’un programme généreux de congés parentaux qui a ensuite été bonifié par Jean Charest. Ça représentait des centaines de millions en coûts pour l’État et des centaines de milliers d’heures travaillées en moins.
  • La semaine normale de travail passe de 44 heures à 40 heures. Je me trompe ou c’est lui qui dit que les Québécois travaillent moins qu’ailleurs aujourd’hui? Je sais, c’est beaucoup à cause des gens qui travaillent encore moins que 40 heures/semaine, notamment, la fonction publique plus importante qu’ailleurs.
  • La loi sur l’équité salariale, une fraude morale qui a coûté des milliards en plus des centaines de millions en retards parce qu’il n’a pas voulu l’appliquer pendant qu’il était au pouvoir.
  • Le maintien de Videotron et Vachon au Québec. Des décisions qui ont fait perdre des milliards à la Caisse de Dépôts, donc aux Québécois, pour des questions de nationalisme économique. Videotron, la transaction qui nous a fait perdre le plus d’argent, n’allait même pas changer de pays.
  • Les fusions municipales. Lucien Bouchard en vantait encore les effets en disant que Québec se portait bien, mais ça a créé de grosses administrations municipales qui dépensent pour ce qui dépasse leur mandat et qui s’endettent énormément. La ville de Québec en est un excellent exemple!
  • La réforme scolaire. Il avoue lui-même que ça a été sa plus grande erreur. Cela a remis le contrôle de l’éducation entre les mains de bureaucrates et pédagogues très loins des étudiants.
  • Le déficit 0. Une bonne idée dont il est fier, mais dont il avoue aussi les erreurs concernant la manière d’y arriver. En fait, on a mis à la retraite des gens dont on avait encore besoin. Ça a coupé les coûts, mais seulement temporairement. On a pelleté par en avant, on a absolument rien réglé à long terme, mais on a créé des problèmes de manque de main d’oeuvre nécessaire par manque de planification. De plus, la dette n’a jamais cessé de croître sous sa gouverne. La dette brute (le chiffre de la dette totale du l’État n’était pas rendu public dans le budget à cette époque) est passée de 65,6 milliards à 102,5 milliards entre 1996 et 2002.

Les temps et les hommes changent. Le pouvoir ne permet pas non plus de tout faire, même quand on est Premier Ministre. Lucien Bouchard devait faire affaire avec un Part Québécois dont l’aile moins à gauche a été chassée après son départ. On peut donc s’imaginer que les SPQ libre de ce monde avaient déjà un pouvoir certains lors de son passage. Il ne faut donc pas discréditer le discours de Lucien Bouchard, mais il faut garder en tête qu’il ne l’a pas mis en oeuvre alors qu’il détenait le pouvoir. Comme j’ai dit, son héritage est riche de réalisations, mais elles ont plus souvent qu’autrement appauvrit le Québec et ont pavé la voie du Québec endetté que nous connaissons aujourd’hui.

EDIT: Ce qu’il faut retenir, je crois, de tout cela est: Lucien Bouchard semble avoir appris de ses erreurs. Probablement par sagesse. Est-ce que le Québec peut partager cette sagesse?

Outil contre le mensonge gauchiste sur la crise de 2008.

Depuis 2008, la gauche québécoise et même mondiale prétend, sans réelle preuve, que la dernière crise en était une du capitalisme. On parle de supposée « déréglementations » alors qu’il n’y a jamais eu autant de réglementations et qu’ils ne peuvent nommer les supposées déréglementations qui auraient pu causer la crise. Mais peu importe, ils croient. Rien ne sert réellement de s’obstiner avec eux car leur certitude ne se base pas sur des faits, mais sur des émotions.

L’important, c’est qu’un peu partout dans le monde, ce message a été opposé à celui prouvant que la crise de 2008 en est bien une de l’interventionnisme/socialisme/étatisme. On y parle de Fannie Mae, de Freddy Mac, du Equal Credit Opportunity Act, du Fair Housing Act, du Community Reinvestment Act, du Taxpayer Relief Act, du National Homeownership Strategy, du Department of Housing and Urban Development, etc. Il y a donc eu débat, les gens ont eu la chance d’être informés.

Mais pas au Québec! Ici, encore une fois, la pensée unique a fait son oeuvre et la majorité croient que la crise de 2008 en a été une du capitalisme. Les gauchistes en profitent bien sûr et osent demander des preuves du contraire (alors qu’eux n’en ont aucune appuyant leur affirmation à part le discours populaire, un genre de « on sait ben ») à chaque fois qu’on affirme le contraire de ce qui est écrit dans leur catéchisme. D’ailleurs, généralement, lorsqu’on les envoit vers des textes prouvant que la crise en est bien une du socialisme, ils vont attaquer la source au lieu des faits. C’est typique de la gauche! Mais au moins, on réussit à les faire taire un peu.

Alors voici une liste de liens d’un peu partout dans le monde qui parlent des faits concernant la crise de 2008.

À tout seigneur, tout honneur, commençons par Peter Schiff, économiste qui a vu venir la crise et a tenté d’avertir les américains pendant des années alors qu’il faisait rire de lui par les économistes gauchistes qui étaient généralement invités avec lui dans les émissions de télévision:
http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2008/10/15/AR2008101503166.html
http://www.forbes.com/2008/07/18/fannie-freddie-regulation-oped-cx_yb_0718brook.html
http://articles.businessinsider.com/2009-06-27/wall_street/30009234_1_mortgage-standards-lending-standards-mortgage-rates
http://articles.sun-sentinel.com/2011-10-14/news/fl-cmcol-cra-failure-mishra-1014-20111014_1_soundness-act-fannie-mae-fannie-and-freddie
http://descoteaux.argent.canoe.ca/general/le-mythe-de-letat-fantome/
http://www.forbes.com/2009/10/03/community-reinvestment-act-mortgages-housing-opinions-contributors-peter-schweizer.html/
http://www.economist.com/node/11751139
http://www.economist.com/node/11751146
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=RijpW3oxUHE#!
http://www.examiner.com/article/fannie-mae-freddie-mac-and-affordable-housing-rules-led-to-mortgage-crisis
http://www.iedm.org/36200-questions-et-reponses-sur-la-crise-financiere-1
http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=newsarchive&sid=aSKSoiNbnQY0
http://www.usatoday.com/news/opinion/story/2011-11-23/Fannie-Freddie-financial-crisis/51386932/1
http://www.antagoniste.net/2012/03/23/letat-destructeur/
http://townhall.com/columnists/johnstossel/2012/09/12/clinton_myths

Et est-ce que les politiciens étatistes ont appris de la crise? Eh non! On prépare déjà la prochaine: http://www.nypost.com/p/news/opinion/opedcolumnists/obama_house_of_cards_PbEjZZj7LeOZLORaCXJS6K
http://www.usnews.com/opinion/blogs/economic-intelligence/2012/05/15/leaving-fannie-mae-freddie-mac-as-is-risks-another-housing-bubble